Saga Alien: Chapitre I : Alien, le huitième passager- 1979- Ridley Scott

Cette année 2011 annonce la reprise d’un monument de la de la Science fiction d’horreur: The thing de John Carpenter , en Novembre plus précisemment .
D’ici 2012, Ridley Scott apportera à son propre chef d’œuvre de  1979 « Alien, le huitième passage ». Il s’intitulera Prometheus et sera en 3D.
Deux préquelles de deux tels monuments de la science fiction d’horreur, sur le canapé, vous imaginez bien qu’on en est tout retournés !

Quand on sait que la préquelle de The Thing reprendra à peu de choses près le scénario du film original de Carpenter qui s’inspirait déjà grandement de lAlien de Scott de 1979, on a un sentiment de cycle achevé .
Les deux monstres galactiques vont revenir après une 30aine d’années de vénération des fans du genre. La tournure douteuse qu’a prise dernièrement la franchise Alien, avec ses Alien vs Predator, n’y est sans doute pas étrangère. Les fanboys que nous sommes exigent un retour à la qualité et pas une exploitation jusqu’à la mœlle de personnages cultes de l’horreur.

Sur le canapé intergalactique on s’est donc dit qu’il fallait revenir sur ce qui s’avère être LA saga de science fiction horrifique qui aura défini le genre, inspiré une myriade de cinéastes et par là même, marqué l’histoire du cinéma.

Revenons donc film par film sur l’histoire de la bébête la plus iconique du bestiaire de nos inconscients collectifs : j’ai nommé le xenomorphe au sang d’acide, le boucher de l’espace…accusant à la pesée 110 kilos dont 70 de dents pour 2m30 de haut….Ladies and gentlemen I give you  the AAAAALIEEEEEN !

Accrochez vos ceintures, agrippez-vous à vos caleçons, le Nostromo va décoller…et souvenez vous, dans l’espace personne ne vous entendra crier !

Synopsis :
Le vaisseau commercial Nostromo et son équipage de teraformeur, 5 hommes et 2 femmes, rentrent sur Terre avec une importante cargaison de minerai. Mais lors d’un arrêt forcé sur une planète déserte d’où ils reçoivent un message de détresse, l’officier Kane se fait agresser par une forme de vie inconnue, une arachnide qui étouffe son visage.

Après que Ash le docteur de bord lui ait retiré le spécimen, l’équipage retrouve le sourire et dîne ensemble. Jusqu’à ce que Kane, prit de convulsions, voit son abdomen perforé par un corps étranger vivant, qui s’échappe dans les couloirs du vaisseau : la chasse est ouverte .

INSPIRATIONS :
Le scénario tient du génie. Jamais on n’avait vu tant de pessimisme, de suspens et d’horreur réunis à l’écran en un film.
La cause en est simple : son auteur n’est autre que Dan O‘ Bannon, le co-auteur de Dark star en 1974, 1er film de John Carpenter, ainsi que le responsable des effets spéciaux ordinateurs de Star Wars en 1977.
Or, Ridley Scott le confesse volontiers, la vue de star wars a redéfini le champ de ses possibles, se lançant à son tour dans l’aventure spatiale.

Il n’est donc pas surprenant de voir clairement des rappels visuels propre à Star Wars, en témoigne la scène d’ouverture d’Alien, calquée sur celle « d’un nouvel espoir » :le défilement interminable du vaisseau spatiale au dessus de vos tête.

Autre inspiration clairement assumée par Ridley Scott : 2001 l’odyssée de l’espace de Kubrick (1968)
On retrouve les même couloirs octogonaux du vaisseaux spatial, le même ordinateur de bord personnifié par un nom et une voix (HAL dans 2001, et « Mother » dans Alien) et qui finit par devenir hostile envers l’homme.
Le plus frappant des hommages de Scott à 2001 est le plan final, fondu enchaîné du visage de Ripley qui s’endort calmement sur une image du vide sidérale, identique à celle du profil du fœtus sur le même vide sidéral dans 2001.

Les couloirs du Nostromo et ceux du vaisseau de 2001

Les fins respectives de Alien et 2001, l’odyssée de l’espace la promesse d’un sommeil salvateur

Autre inspiration et non des moindres : Halloween de Carpenter.
L’impact de ce film est tel sur le milieu du cinéma et sur les spectateurs, qu’outre avoir donné naissance à une décennie de slashers tels que Jason, Leatherface, ou Freddy, il instille dans Alien le même jeu de cache-cache du tueur et de sa victime condamnée à courir pour survivre.
Ce faisant, en s’inspirant du 1er boogeyman de l’histoire du cinéma, Scott et O’ bannon ne créeront pas moins que le seul croquemitaine de l’espace (Predator évoluant sur terre).
De même,  Ash, l’officier scientifique qui fera tout pour amener l’alien sur terre et l’étudier est en fait un cyborg envoyé par la compagnie Wayland qui possède le vaisseau.
Et ce dernier, même une fois décapité et donc considéré comme « mort », revient d’entre les morts tel un Michael Myers à la fin d’halloween pour continuer de se battre à l’aveugle, tête pendante en arrière, empruntant ainsi également l’imagerie du film de zombies.

 J’ai perdu la tête depuis qu’ j’ai vu la bébêteuh !

Autre trait zombiesque, même « mort » Ash est réssucitable pour un dernier interrogatoire…si c’est pas pratique ça quand même !

J’VAIS L’DIRE A MA MERE !
Il serait difficile de parler d’Alien sans aborder son sujet central : la maternité.

Le vaisseau est appelé clairement mère. Pourquoi ?
C’est une entité rassurante face au froid de l’espace comme en témoigne l’alternance de plans entre les dehors venteux et glacials de la planète des aliens et les intérieurs cosy et silencieux du vaisseaux lors de l’exploration de la planète.
Une voix féminine, douce, chaleureuse la caractérise, et elle est toujours là pour répondre à vos questions.
Bref, mère, le vaisseau est là pour protéger la famille que constitue l’équipage.
En opposition on nous présente un autre système de maternité. Celui des Aliens. Une espèce qui pose ses œufs dans un espace étranger (le vaisseau échoué) et protège ses œufs par une couche laser en dessous de laquelle la chaleur règne…bref ils couvent leurs petits.


Ouh toi Kane, tu vas nous couver quelque chose !

Non content de cette exposition limpide, le système par lequel l’alien prend vie en remet une couche dans le thème de la maternité…puisque après gestation dans le corps de son hôte, la bêbête prend réellement vie à travers ce qui ne peut être décrit que comme un accouchement forcé

Félicitations monsieur Kane c’est un xénomorphe…vous savez comment vous allez l’appeler ?

Cet accouchement est contre nature et donc annonciateur de désastre puisque c’est un homme et non une femme qui lui donne la vie.
En inscrivant ainsi les deux parties adverses dans une telle logique « mère protectrice /enfants à choyer/ naissance forcée » dans un milieu hostile, le film pose très rapidement son principal enjeu: le combat d’une race pour sa survie…que l’être le plus évolué l’emporte !

Et c’est bien le problème. Le « fils de Kane » comme l’appelle Ash est toujours selon le même Ash, un organisme parfait. N’étant pas humain mais un robot, et donc n’ayant pas à lutter pour sa race, Ash a le recul nécessaire pour voir la perfection biologique de l’Alien. Une peau épaisse, du sang acide qui en fait le meilleur mécanisme de défense existant puisqu’il dissuade de tirer dessus.

Mais ce n’est pas tout. Il s’adapte à des conditions atmosphériques particulièrement hostiles, sans problème, il présente un temps de gestation record (- de 24h pour « naître »), et une vitesse de croissance inouïe (quelques heures après sa naissance il fait plus de 2 m), ce qui laisse peu de doute sur sa position dominante dans la chaîne alimentaire par rapport à l’Homme.

Cette forte thématique vient faire appel aux émotions les plus viscérales que nous pouvons ressentir et nous prend du coup aux tripes comme rarement, transformant ce cache-cache horrifique en expérience quasi sensorielle, en témoigne le soin pris à dévoiler les entrailles de l’inséminateur d’alien, j’ai nommé le « face hugger », lors de son autopsie.

Autopsie d’un être parfait

Au final, trahis par « mère » qui est en fait programmée pour faire passer le retour de l’Alien sur Terre avant la survie de l’équipage, tout ses enfants mourront, sauf une, qui finira par couper le cordon en faisant s’autodétruire « mère » non sans avoir pris soin, au préalable de la traiter de « bitch ».


Ripley tue la mère

Après tout,  logique donc que ce soit une femme qui s’en sorte, celle des 2 de l’équipage qui a su garder son sang froid…la bonne mère, Ripley.

LEAVE ME ALONE
Jamais la S.F n’avait été aussi pessimiste, ni horrifique. D’où l’impact de ce film.

Tourné dans les années 70, période où les Américains, perdus entre Watergate et Vietnam,se sentent trahis par un gouvernement qui leur ment, Alien traduit comme beaucoup de films de l’époque cette perte de foi dans les institutions.
La demande de rapatriement de l’Alien est l’ordre de la Wayland company, au mépris de la vie de ses employés, pour l’appât du gain (on évoque clairement l’application militaire juteuse que l’étude du xénomorphe permettrait).
On ne peut faire confiance à personne, vous êtes seuls face à vous-même car les institutions vous trahiront.
Logique donc quand on décrit une humanité aussi pourrie, que le mal naisse littéralement de l’Homme, l’Alien incarnant finalement la pourriture de notre âme.

Le message final  n’est pas tant que l’Alien est le méchant. C’est l’Homme qui, dans sa volonté de conquérir, a atterri sur une planète où des aliens vivaient sans rien demander à personne, et c’est l’homme (la Wayland company) qui demande à un cyborg de ramener un alien sur terre.
Tout ceci a été initié par l’Homme et l’Homme seul. L’instinct de prédateur de l’Alien n’est pas plus différent que celui d’un lion que l’on viendrait titiller dans sa jungle, alors que tout ce qu’il voulait c’était qu’on le laisse tranquille.

HERITAGE :

L’influence d’Alien sur la SF fut considérable.
En témoigne l’aspect des vaisseaux du futur dans Terminator, ainsi que le thème de la firme toute puissante qui explore des terrains dangereux pour l’Homme, au mépris de la sécurité de leurs concitoyens. Terminator fût réalisé par James Cameron, qui réalisera Alien, le retour, tant il était fan du 1er film.



En témoigne également “The Thing”  de Carpenter, une autre histoire de vaisseau échoué dans un espace glacé abritant un alien qui ne demandait qu’à rester congeler et qui sèmera la mort dans le groupe de travailleurs  (oui ça fait beaucoup de points communs mais en même temps O’Bannon s’était aussi inspiré de « the thing from another planet de Hawks » pour le scénar d’Alien, alors…

Aujourd’hui, la boucle est bouclée. Scott va faire une prequelle à son film tout comme ce sera le cas pour « the thing » et il le tournera en 3D pour essayer d’égaler le dernier film de l’élève devenu maître : Avatar de James Cameron, encore une histoire d’autochtones qui n’avaient rien demandé aux capitalistes terriens.

Parfaite transition pour vous mettre en bouche: Notre analyse du second Opus de la saga Alien , « Aliens, le retour » de Cameron himself, est ici .

Professeur Wicked 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Saga Alien: Chapitre I : Alien, le huitième passager- 1979- Ridley Scott »

  1. très bonne critique si ce n’est que les aliens ne « vivaient pas peinard sur la planète » puisqu’ils n’étaient en réalité qu’une cargaison maintenue en stase. Et à voir le cadavre de l’extra-terrestre à bord de sa tourelle ( donc vaisseau d’origine probablement militaire ), il y a fort à parier qu’ils étaient déjà utilisés en tant qu’armes.

    Sinon bon boulot 😉

    • Salut Genshire, merci pour les compliments.
      je t’avouerai que cette histoire de Space jockey, tourelle et autre mystère entourant l’apparition des Aliens ,je la trouve un peu trop compliquée.
      Sans compter le grand nombre de théories qui sont développées autour.
      je compte d’ailleurs beaucoup sur « Prometheus » pour que Ridley Scott nous éclaire enfin là dessus !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s