SUPER – Super-héros 2.0 (Sortie DVD/Blu-ray le 1er décembre)

On en a connu ces derniers temps des super-héros, hein ? Super pouvoirs, gadgets high-tech, grosse motivation (très grosse, même!), réflexes surhumains, la classe dans tous ce qu’il font. Ouais, ça doit vraiment être cool d’être un Super-héros !

Kick-Ass avait timidement amorcer le virage avec le personnage d’ado boutonneux qui s’essaye à l’héroïsme sans grande réussite, mais qui, grâce à de vrais Super-héros, réussit à combattre le Crime (la majuscule se prononce, bien évidemment).

Alors quand on m’a parlé de Super, le film de James Gunn, sorti quelques mois après Kick-Ass, j’ai fait « Mouais, bof ! Je vois pas ce que ça va apporter vu que Kick-Ass est quand même définitif dans son traitement du Super-héros, dans son analyse... » Ben croyez-moi, j’aurai du la fermer.

Passé le générique coloré, fait de dessins d’enfants montrant un Super-Héros combattant l’injustice en étripant des méchants de cartoon – quand je dis « étriper », c’est littéral, on se dit qu’on va bouffer de l’ironie à grand coups de gore. Chouette !

Lire la suite

Publicités

CARS 2, de la suite sans les idées – Critique Film et DVD/Bluray

 Synopsis:

Après 4 piston cups remportées en 4 ans, Flash McQueen, est devenu une star internationale des circuits automobiles. Lord Miles Axlerod, riche industriel pétrolier, entend promouvoir un nouveau biocarburant  en organisant une compétition mondiale qui mettra en concurrence les plus grands pilotes. Par une suite d’événements inattendus, Martin, qui accompagne Flash dans cette compétition autour du monde, est confondu par des agents secrets britanniques avec un de leur contact américain.

Les recettes du succès Pixar :

John Lasseter, fondateur de Pixar et réalisteur de Cars 2,  a du talent c’est absolument incontestable. Beaucoup de talent même. Le succès de cet empire de l’animation est avant tout basé sur des scénarios audacieux, mais en béton armé. En tant que spectateur, chaque fois qu’on entend parler d’un nouveau projet Pixar, on est d’abord désarçonné par leurs idées. « Comment un dessin animé avec des monstres ? »,  « Quoi un film, sur les courses automobiles pour les enfants ? ». Mais ils sont devenus fous ! Et pourtant, à chaque fois la magie opère.

Personnages attachants, clins d’œil savoureux, gags hilarants, avec toujours ce petit plus de réflexion sur nous-mêmes. Comment nous oublions que nous avons été enfants et jetons nos jouets, comment nous arrachons des poissons à leur habitat pour notre distraction, comment nous polluons la terre, comment les personnes âgées sont laissées à l’abandon… Les films Pixar ont ainsi tous une double lecture. Des références cinématographiques, des pics à notre société de consommation. Pixar associe avec talent pur divertissement et messages plus profonds.

Lire la suite

Les Lyonnais d’Olivier Marchal

Synopsis:

Edmond Vidal (Gérard Lanvin), dit Momon, est un ancien Caïd. L’un des membres du gang des Lyonnais, qui défraya la chronique au début des années 70. Ayant grandit dans un camp gitan, Momon a retenu de son éducation le sens de la famille, la loyauté à ses amis, et la fierté de ses origines. Il a surtout conservé l’amitié de Serge Suttel (Tcheky Karyo), son ami d’enfance, avec qui il a fait de la prison pour un simple vol de cerises, et fondé ce gang des Lyonnais.
Aujourd’hui Momon s’est retiré du Milieu, approche de la soixantaine et mène une vie rangée avec sa femme, ses enfants et petits-enfants. A l’inverse, Serge Suttel, lui, a continué de mener sa vie de truand. Le retour inattendu de Serge dans la vie de Momon, va remettre en question ce fragile bonheur que Momon a construit avec les années.

Marshall Story :
S’appeler Marchal pour un flic, c’est sûr c’est pas banal. Ce qui l’est encore moins, c’est le cinéma que le cinéaste nous sert dans ses oeuvres.
Nous l’avions découvert avec ses personnages de flics lessivés, dans 36 quai des Orfèvres et MR76. Des anti-héros pas coiffés, mal rasés, soit en fin de parcours, soit au bout du rouleau. Des types perdus et attachants. Lire la suite