The Walking Dead- La série morte mais vivante


Sur le canapé, ça fait un moment que ça nous titille de vous parler de The Walking Dead, la série à zombies de Frank Darabont diffusée sur AMC (chaîne de Mad Men et de Breaking Bad).
Alors puisque la première moitié de la saison 2 s’est achevée récemment aux états unis (mid season final), et qu’elle ne reprendra qu’en février, on s’est dit que ce serait le moment idéal de faire le point sur cette série d’horreur qui nous laisse un goût amer de déception après un an et demi d’existence.

Synopsis :
Le shériff Rick Grimes se réveille à l’hôpital après avoir été grièvement blessé dans une fusillade. Il découvre très vite que pendant qu’il était inconscient, une apocalypse a transformé la quasi-totalité de la population en zombies.
Les morts sont revenus à la vie et cherchent désormais à se nourrir des survivants. Pensant que sa femme Lori et son fils Carl ont trouvé un refuge où se cacher à Atlanta, il prend avec lui un stock d’armes et part à leur recherche. Il trouvera un groupe de survivants, commencera alors leur odyssée pour survivre dans ce cauchemar.

Une saison en enfer :
Déjà, que les choses soient claires nous ne polémiquerons pas sur la fidélité ou non de la série par rapport au comics dont elle est tirée. La polémique gronde assez comme ça sur le net pour qu’on s’en mêle aujourd’hui.
Nous sommes ici pour parler de la série, elle-même..
Les trois premiers épisodes de la saison 1 (qui n’en compte que six au total) sont grisants. Comme dans beaucoup des nouvelles ciné-séries dont on vous parlait dans notre article consacré à ce nouveau genre télévisuel, on est plus face à un long métrage découpé en chapitres que devant une série classique.

Filmée avec une pellicule cinéma 16 mm, avec un budget  moyen de 2,5 M$ par épisode, des maquillage de zombies incroyablement flippants, et des effets spéciaux à la hauteur du reste.

Effets spéciaux et maquillages bluffants sont au rendez vous. Cette scène horrible et terriblement triste du premier épisode vous laissera scotché .

Les références sont hautement cinématographiques aussi. On commence comme dans 28 jours plus tard, avec un homme qui se réveille seul dans un hôpital, il erre seul dans la ville avec ses fusils, tel un Will Smith dans Je suis une légende; et arrive seul en ville, fusil accroché dans le dos, chapeau vissé sur la tête, sur son cheval comme un cow boy solitaire dans une ville fantôme, invoquant toute l’iconographie du desperado du western classique.

Rick le cow boy arrive à Atlanta... Mais y'a plus de saloons d'ouvert... C'est moche !

Tout ceci n’est pas un hasard, puisque le Showrunner (le gars qui décide, quoi!) c’est Frank Darabont (réalisateur des « Evadés » et de « La ligne verte »). Et le bougre sait y faire en matière de gestion de suspens.

De la découverte de l’apocalypse par Rick, en passant par les moments où des bras de zombies s’avancent dangereusement vers lui, jusqu’à la détresse de vouloir retrouver sa famille, Darabont maîtrise parfaitement son intrigue, la tension émotionelle et le suspens de sa série.

La scène d’ouverture du tout premier épisode. Pleine d’horreur et de tristesse, à l’image du reste de cet épisode magistral.

 Le problème, c’est qu’un film de zombies c’est efficace parce qu’on joue sur l’urgence de la situation. Les protagonistes arriveront-ils a trouver un refuge? Untel va-t-il réussir à échapper à une horde de morts vivants alors qu’il était parti chercher de l’eau pour le groupe? Quelle va être la modification des comportements sociaux face à l’adversité? Etc.
Passé 3h30 d’intrigue, tout cela a eu le temps d’être traité (de manière très efficace), et le récit s’enlise un peu pendant les épisodes 4 et 5.

Légérement à court d’idées, les auteurs nous renvoient Rick, pourtant sorti d’affaire, dans la ville d’où il venait enfin de réussir à s’échapper…Tout ça pour sortir d’affaire un taulard immonde, laissé menotté dehors à la merci des zombies. C’est un bon catholique notre Rick !
A son arrivée, « surprise! »: on trouve la menotte vide et la main du gars par terre.
Déjà que l’actrice qui jouait Sarah Tancredi dans Prison Break tient ici le rôle de la femme de Rick, Mais avec le coup de la main sciée on pense direct à T-bag dans la saison 2 de Prison break, et on se dit que vraiment, les scénaristes rament niveau imagination.

Diantre ! La main de T-Bag s'est incrusté dans The Walking Dead ! Saleté, va ! Tu veux rester à ta place, oui ?!

Mais bon on tient le coup, il ne reste qu’un épisode avant la fin de la saison et il est tout de même bien prenant.
Normal, ils doivent nous accrocher pour la saison 2. Et c’est réussi.

Entracte :
Mais cette belle histoire de morts-vivants si bucolique ne durera pas .
Car bien vite, pendant l’été 2011, les problèmes de budget vinrent assombrir le ciel de cette success story.
Les producteurs de la chaîne AMC et  les scénaristes/réalisateurs de The Walking dead entrent en conflit. Privilégiant Mad men par rapport à The Walking Dead et Breaking Bad, AMC décide qu’il faut faire des coupes budgétaires franches dans le budget de la série, pour récupérer des fonds qu’ils veulent attribuer à Mad Men, leur autre grosse série à succés.

 Ce projet inclut moins de zombies à l’écran (coûts du maquillage) et moins de scènes tournées à l’extérieur. Ce qui revient à enlever 60% de l’intérêt de la série.
Résultat des courses : la saison 2 de The Walking Dead se fera sans Frank Darabont qui a claqué la porte.
Autant vous dire que sur le canapé intergalactique, on s’est demandé si on allait frissonner toujours autant pendant cette deuxième saison.
Et ce ne sont pas les nombreux messages d’ AMC, censés nous rassurer, qui ont calmés nos inquiétudes.

Y’a plus d’saison mon pauv’ zombie :
La saison 1 avait été si novatrice, efficace, et audacieuse en matière de série télé que le premier épisode de la saison enregistra un record historique d’audience sur la tranche cible de la série : 15-39 ans.
Avec une durée d’1H30, comme le premier épisode de la première saison, ce début de saison 2 est, il est vrai très bon. on est servis niveau suspens et attaque massive d’une horde de morts-vivants, se terminant même sur un bon cliffhanger : la disparition d’un enfant dans les bois.
Petit souci pour la suite de la saison : le budget coupé et le réalisateur parti.

Par quelle astuce arriver à garder l’efficacité de la série avec moins de lieux de tournages et moins de zombies…?
Réponse : on n’y arrive pas.
Conséquence : on s’emmerde sévère.
La production ayant eu, en plus, la mauvaise idée de passer de 6 à 12 épisodes entre la première et la seconde saison, que vont-ils bien avoir à raconter sur 12 heures ?
Réponse au bout de 7 épisodes déjà diffusés : bah pas grand-chose.

Le groupe trouve un refuge, pépére, et passe littéralement 6 épisodes à errer dans les bois en recherche de la gamine. Ça pourrait être poignant,nous intéresser, mais jamais on ne nous a rendu la mioche attachante, donc disparue ou pas, on s’en moque un peu.

Attention, cette fillette va disparaître. Mais le vrai drame, c'est qu' on s'en fout.

Alors quand en plus on passe des meutes de zombies de la saison 1 à deux ou trois maxi dans la saison 2, on s’ennuie franchement.

Financièrement, AMC s’en tire à bon compte en attribuant plus d’argent à Mad Men qu’à The Walking Dead ou Breaking Bad, (aux vues des audiences du premier épisodes de la saison 2, ils ont commandés une troisième saison) ; mais artistiquement nous en tout cas, on est perdant sur toute la ligne.

Un conseil donc, tout comme Prison Break n’est regardable que jusqu’à la fin de la saison 2, The Walking Dead ne vaut le coup que si on s’arrête à la première saison.

Une série sur des morts vivants qui est vivante mais morte…
Étrange ironie du sort ou justice poétique ?
Que cela ne vous détourne pas de visionner la saison 1 qui restera un grand moment de série d’horreur (genre malheureusement absent de nos petits écrans depuis la disparition des Contes de la crypte) .
Rien que la bande annonce vous en convaincra.

 

The Walking Dead, saison 1 disponible en Blu ray/ DVD.
La saison 2 est actuellement en cours de diffusion sur
Orange Cinéchoc .

Professeur Wicked

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s