Dossier Mass Effect, la trilogie – Le nouveau mètre étalon du Space Opéra ?

Il est enfin venu ce moment fatidique où il nous faut visiter d’autres horizons culturels tel l’équipage de l’Enterprise naviguant de mondes en mondes affublé de cycliste flashy moule-boules. Après avoir partagé avec vous nos émois de cinéphiles, de télévores ou de lecteurs, il convient d’ajouter à nos débats le jeu vidéo.

DE L’INTERET DU JEU VIDEO

Si, pendant longtemps, ceux-ci n’ont pas été considérés comme des œuvres malgré la starification de certains auteurs-programmeurs tel le français Eric Chahi (Another World) ou l’américain Warren Spector (Deus Ex), ces derniers ont ajouté à l’usage spécifiquement ludique une dimension narrative des plus brillantes.

Ces dernières années, même les réalisateurs les plus côtés ont reconnu dans le jeu vidéo l’avenir d’un autre cinéma. Peter Jackson n’a jamais caché son admiration pour Halo dont il avait acheté les droits pour son poulain Neil Blomkamp (District 9). Il reste de ce projet avorté un court métrage disponible ici.

Spielberg avouait il y a peu jouer à Bioshock (les parallèles avec son Tintin sont admissibles) et John Carpenter rendait hommage à Doom avec le fun et ludique Ghost of Mars. Carpie, d’ailleurs, a signé les cinématiques du dernier F.E.A.R. 3.

On notera la brillante réalisation de Guillermo Del Toro sur Blade 2 qui pousse les liens entre le film d’action et le jeu vidéo dans les extrêmes. Son attitude Geek le pousse même à la création d’un jeu vidéo horrifique très attendu par les fans : Insane. Lui y va franco, « le jeu vidéo est le futur du genre narratif ».

N’oublions pas l’apport du français Florent Emilio Siri dans la cinématique d’introduction du premier Splinter Cell avant de nous pondre son formidable Nid de Guêpe.

Alors, on devrait peut-être s’y mettre, non ?

MASS EFFECT : UN STAR WARS POUR ADULTE ?

Ce n’est un secret pour personne que George Lucas s’est fortement inspiré de la structure des contes de fées pour écrire Star Wars (il est à cet égard intéressant de voir les travaux successifs de Lucas pour aboutir au script final – Techniques du scénario par Pierre Jenn édition La FEMIS). L’extrême simplification de l’intrigue alliée à un univers travaillé dont on ne perçoit que le haut de l’iceberg fut un vrai coup de génie.

Non mais, sérieusement ?

On ne remerciera jamais assez le producteur Gary Kurtz (Dark Crystal) d’avoir abandonné Lucas sur le dernier film mettant ainsi en évidence les velléités mercantiles de son poulain: « On avait une histoire planifiée et George a tout changé. Plutôt que d’avoir une fin douce-amère et poignante, il a préféré une fin euphorique où tout le monde était heureux. L’idée de base était qu’ils retrouvaient Han Solo très tôt dans l’histoire pour qu’il meurt vers le milieu lors d’un raid sur une base impériale. George a ensuite décidé qu’il ne voulait pas faire mourir un des personnages principaux. La raison unique était bien évidemment la vente des jouets.« 

Le merchandising, bien sûr, ne se limita pas aux jouets pour Lucas et sa firme vidéoludique Lucas’art. Les jeux vidéo inspirés de cet univers n’étaient rien d’autres que des « produits » assujettis à la saga. Peu à peu, le secteur du jeu s’est forgé sa propre identité et, malgré son statut industriel, le jeu vidéo a pris son essor pour revendiquer sa propre créativité.

Mass Effect est une bénédiction pour les amoureux de Star Wars. Le merchandising EST l’oeuvre elle-même et n’a besoin de rien d’autre pour exister sinon la qualité de son atmosphère, de son univers et de son gameplay. Ainsi dégagé de ses obligations de vente sur d’autres produits dérivés, les créateurs du jeu vont avant tout s’attacher à fournir un background cohérent et foisonnant ainsi qu’une histoire épique, émotionnellement forte, violente et captivante.

RENDRE HOMMAGE ET SE DEMARQUER

L’autre avantage certain de Mass Effect est de reprendre presque toute les histoires de science fiction classiques, non seulement dans l’intrigue principale mais aussi dans les innombrables intrigues secondaires que vous pouvez débloquer en jouant. Le soft joue avec nos références sans y être assujettis. Ce sont bien plus des clins d’oeil que des reprises (ce qui fut malheureusement le cas pour le brillant mais ultra-référentiel Dead Space).

Evidemment, le temps de jeu étant assez long, l’identification au personnage principal est d’autant plus efficace. Lucas devait jouer de la technique scénaristique et de la mise en scène uniquement tandis que Mass Effect ajoute l’attitude active du joueur.

De plus, ses multiples références, ludiques et discrètes font adhérer immédiatement l’amoureux du genre sans discussion aucune.

Cet univers dont vous êtes le héros convoque à votre mémoire les plus mémorables instants de la science fiction tout en gardant à chaque instant une identité propre.

LE NORMANDY, SHEPPARD ET LES PROTHEENS

Concrètement, de quelle façon entre-t-on dans l’univers de Mass Effect ?

Dans un premier temps, il vous est demandé de choisir entre plusieurs biographies et compétences, ceci influera sur vos décisions et choix à venir. Ensuite, vous créez vous-même votre personnage: vous choisissez son sexe et son apparence. Sa physionomie est entièrement paramétrable quitte à en faire un clone de vous même. Une fois ceci fait, l’introduction se lance.

Il vous est dit que l’humanité à fait un bond technologique spectaculaire après la découverte d’un artefact d’age et d’origine inconnu qui permet de voyager à travers la galaxie hyper rapidement: les relais cosmodésiques. L’énergie qui en est dégagé est le fameux Mass Effect. Grâce à cela, l’humanité à pu entrer en contact avec différentes races extra-terrestres qui se sont regroupé pour former l’espace concilien.

Vous faites partie de l’équipage d’un vaisseau prototype hyper-sophistiqué conçu par les hommes et par les Turiens. L’un d’eux souhaite vous observer afin de vérifier si l’humanité peut entrer dans le gouvernement concilien.

Le vaisseau Normandy dont vous serez très fier !

L’angle politique est, dès les premières minutes, passionnant. On découvre rapidement que les thématiques principalement abordées seront le racisme, l’intégration et l’identité. Cela fera tout le sel de la saga.

Evidemment, dès votre première mission, vous découvrez que l’univers entier court un grand danger et vous êtes le seul à en avoir été témoin. Etant un humain, les autres races considèrent votre parole comme sujette à caution.

VOUS ETES LE MAITRE DU JEU

Aussi spectaculaire que Star Wars et aussi profond que Les Chants d’Hypérion de Dan Simmons, le soft déroule des intrigues marquantes et des images hallucinées. Les terribles moissonneurs sont aussi forts et inquiétants que Dark Vador ou Le Gritche (le grand méchant d’Hypérion).

De plus, le fait que ce soit vous qui devez incarner le héros vous pousse à parler aux différentes races, à découvrir leurs lois, leurs coutumes et même leurs politiques. Vos discussions ne sont pas balisées, vous avez toujours différents choix proposés (grosso modo diplomate, franc ou agressif) qui influent sur votre avenir dans ce monde.

Quelques unes des races de Mass Effect

C’est là toute la magie de Mass Effect. Votre session de jeu ne ressemblera jamais à celui d’un autre. Vous êtes maître de votre histoire. Vous voulez draguez, vous voulez tuez un allié, vous souhaitez vous vengez: c’est vous qui décidez de ce qui va suivre.

Le plus impressionnant est que ces choix se répercutent sur l’opus 2 qui lui même vous permettra d’orienter le 3éme et dernier opus. Les variables imaginées par les scénaristes sont si impressionnantes que cela file le tournis. Un opus se joue en 50 heures environs. Chaque fois que vous souhaiterez recommencez le jeu, vous avez la possibilité d’agir différemment. La durée de vie s’allonge ainsi à l’infini.

NIVEAUX DE DIFFICULTÉ

J’avoue avoir été plus séduit par la narration que par les phases de combats. Ainsi, je suis un inconditionnel du niveau facile. Les niveaux supérieurs ajoutent de la difficultés exclusivement lors des phases de combats. Il faut bien avouer que cela allonge la durée de votre aventure de façon artificielle et rébarbative.

Inspiré par les combats en RPG style Final Fantasy 7 (sans la classe), les combats sont en temps réels et vous devez gérez deux personnages en plus de vous. Là où sur Final Fantasy 7, c’était un vrai régal, ici, on est plus embarassé qu’autre chose – sur le premier opus dumoins.

Dans Mass Effect 2, le soft est plus orienté action (même si il subsiste un semblant de combat RPG pour la forme). Il semblerait que les phases de combats du troisième opus à venir bientôt aient encore été modifiées. Nous l’espérons grandement.

Autre déception, les phases d’exploration à travers la galaxie. Sur Mass Effect 1, vous pouvez atterrir sur quelques planètes avec un engin aussi maniable qu’un bout de savon  noir un soir de pluie: le Mako. Ces phases sont pénibles car elles se répètent souvent mais heureusement, certaines intrigues vous poussent à persevérer.

Sur le second opus, les voyages deviennent payant. Il vous faudra constamment faire attention à votre pécule. Vous aurez aussi à « analyser » les planètes au moyen de votre souris dans un mouvement tout aussi rébarbatif que le Mako. Espérons que cela sera réglé dans le troisième volet de la trilogie

Mis à part cela, déambuler dans l’univers de Mass Effect reste un plaisir incroyable même après avoir fini plusieurs fois les deux premiers opus. La fin de la trilogie sera disponible en Mars 2012 et est disponible en précommande dès aujourd’hui pour une somme moindre.

Tentez la grande aventure, cela ne s’oublie pas.

MASS EFFECT
Disponible en DVD-ROM, téléchargement Origin ouSteam

MASS EFFECT 2
Disponible en DVD-ROM, téléchargement Origin ouSteam

MASS EFFECT 3  Disponible Aujourd’hui

ET JOUER SUR PC SURTOUT NOM DE DIOUSS !!!

Captain Mc Aaron

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s