Saint Valentin, notre séléction de films romantiques

Voila, nous y sommes. Il est arrivé sur le calendrier ce jour où la société a décidé de remuer le couteau dans la plaie de tant de célibataires qui n’ont rien demandé à personne.
Pour eux, pour nous, pour vous, c’est l’occasion de te déclarer notre flamme à toi lecteur !
Car tu es beau, tu aimes nos blagues, tu supportes nos analyses de films,et tout ça même avec l’haleine virtuelle du matin d’un lendemain de Moussaka géante .
Notre cœur te dit je t’aiiimeuuuh ( merde Frédéric François !) et nous te livrons la top liste des films qui  donnent envie de se pelotonner contre son chouchou ou son nounours sous un plaid, et de se laisser aller devant une beau film d’amuuur.

Quand Harry rencontre Sally – 1989 – de Rob Reiner. Avec Billy Crystal, Meg Ryan.

Attention film ultra culte ! Celui là on ne pouvais pas vous le garder pour la fin ! C’est notre pref de pref !
Rob Reiner signe ici le chef d’œuvre ultime sur les relations Hommes/Femmes de nos sociétés moderne, à travers cette histoire de deux amis entre amour et amitié sous forme de chassé croisé au fil des années.

Irrésistible pour la franchise désarmante d’un Billy Crystal au top qui livre quelques vérités nues sur la psyché masculine. La froideur hilarante avec laquelle il explique que l’amitié homme /femme est impossible car l’homme voudra toujours se la faire à un moment donné,est tout simplement brillante.
On n’oubliera évidemment pas la scène culte de l’orgasme simulé de Meg Ryan, ni l’engueulade bidonnante autour de cette « Putain de roue de chariot transformée en table hideuse ! ». A voir d’urgence si vous ne le connaissez pas encore.


Réplique préférée :
Sally (en pleurs) : « Et en plus j’vais avoir 40 ans ! »
Harry: »Quand ? »
Sally: « Un jouuur ! »

4 Mariages et un enterrement -1993 -De Mike Newell, avec Hugh Grant et Andie McDowell

« I feel it in my finger, i feel it in my tooes ! ». Aaah ce baiser fougueux sous la pluie entre Andie McDowell et Hugh Grant au son de Wet Wet Wet ! On en ressortirait presque une boîte de kleenex tant on l’adore ce moment.
Tout en flegme britannique, Hugh Grant campe un trentenaire éternel célibataire, Charles , collectionnant les conquête au point d’en oublier leur noms, et condamné par une sorte de Divinité vicieuse à assister sans cesse à des mariages. De bonnes occasions pour retrouver sa bande de potes, des joyeux lurons dévergondés ou pince sans rire qui ont tous des histoires de cœur aussi compliquées que les siennes. Jusqu’au jour où il croise Carrie (Andie McDowell,quand elle faisait autre chose que de la pub pour les produits anti-rides). Les ennuis commencent quand celle ci, dont il s’éprend, se marie avec un autre…

L’humour et les acteurs so british servent à la perfection cette histoire touchante, drôle, et juste. On rit on pleure, bref une merveille de comédie romantique. La scène ou le pauvre Charles se retrouve lors d’une noce assis à une table remplie de ses ex, est à elle seule un sketch, tout comme la cérémonie menée par un prêtre plus que fébrile (Rowan Atkinson, toujours aussi parfait).


réplique préférée :
« OH PUTAIIN ! » (Charles se réveillant en retard, comme à chaque mariage).

Diamants sur canapé – 1961 – de Blake Edwards. Avec Audrey Hepburn, George Peppard.

Holly Golightly (Audrey Hepburn) est une croqueuse de diamants qui cherche à épouser un homme riche alors que son voisin écrivain, Paul Varjak (George Peppard)  s’intéresse à elle. La jolie Holly fait également en toute innocence le messager pour un truand notoire. Lorsque la police l’interroge, elle n’a aucun mal à prouver son innocence mais son futur époux, riche planteur brésilien, s’éloigne par peur du scandale. L’écrivain en profite pour tenter de se rapprocher d’elle.

« Moon Riveeer, lalalaalaa … » Aaah Audrey Hepburn assise sur le bord de se fenêtre chantant cette ritournelle à fait tomber amoureux d’elle bien des hommes. Cette histoire somme toute simple d’une croqueuse de diamant et d’un artiste qui s’éprennent l’un de l’autre est menée de main de maître par un Blake Edwards au sommet de son art de la comédie de moeurs toujours sur le fil entre comédie, drame, et satire sociale. Il nous dresse ici sous une forme enlevée et légère un portrait finalement désenchanté et amer sur la solitude de la bourgeoisie moderne.
A voir pour la sublime et éternelle Audrey, tout simplement.

Réplique préférée : » Vous savez quel est votre problème ? Vous êtes une lâche ! Vous avez peur d’admettre que les gens tombe vraiment amoureux, qu’ils s’appartiennent les uns ,les autres, parce que c’est la seule chance que quiconque ai d’être vraiment heureux ! »

Beaucoup de bruit pour rien – 1993 – De Kenneth Branagh, avec Kenneth Branagh, Emma Thompson, Keanu Reeves, Kate Beckinsale, Michael Keaton , Denzel Washington

Adapté de la pièce de Shakespeare par  Kenneth Branagh, fin connaisseur de l’œuvre de l’auteur anglais, ce film est juste un bonheur quasi charnelle à regarder.
Après des dizaines de visionnages, rien n’y fait, on rit toujours au même moment devant un Michael Keaton génialement fou, on tremble devant un Keanu reeves convaincant comme rarement, et on à peur pour ces amoureux qui n’arrivent jamais à s’aimer, empêchés par les alléas de la vie de s’unir. (Maudit Don Juan fourbe fomentateur !). Et Kate Beckinsale était si beeeeelle.

C’est grand, c’est beau, c’est drôle. Bref c’est du grand cinéma , plein de sentiments et de joie de vivre, qui donne envie de se lever et de danser. Le film fut nominé à juste titre pour la palme d’or à Cannes en 1993.

Réplique préférée : » quelle étrangeté que l’on puisse ressentir tant d’émotions provenant de boyaux de chèvres ! »

Autant en emporte le vent -1939- de Victor Fleming. Avec Vivien Leigh, Clark Gable.

Évidemment il serait réducteur de résumer ce chef d’œuvre à un simple film romantique, c’est avant tout une fresque historique, l’histoire l’Amérique à travers le destin de cette propriété cotonnière de Géorgie qu’est Tara.
Et pourtant c’est le premier qui nous est venu en tête en dressant la liste de nos chouchous. Impossible en effet de ne pas repenser à la passion destructrice que vivent Reth Butler (Clark Gable) riche séducteur et Scarlett o’Hara (Vivian Leigh). cette sale gamine.
Rien que de repenser à la caméra qui recule en contre jour derrière Scarlett qui jure qu’elle n’aura plus jamais faim, sur cette musique magistrale on en a des frissons.

La rage de vaincre de Scarlett la perdra, jusqu’à perdre le seul homme qui la supporte, Reth, qui partira sans se retourner. Une histoire d’amour flamboyante, tragique. Un monument du cinéma.

Réplique préféré :
Scarlett  » Reth si tu pars que vais-je devenir ? ou vais-je aller ?
Reth « « Franchement, ma chère, c’est le cadet de mes soucis. »

On vous parlerai bien aussi de Titanic, The holiday, Notting Hill, Bridget Jones et de tant d’autres, mais on a préféré vous parler de nos prefs de chez prefs, ces films qui nous donnent envie de caliner notre chéri(e), ou de se mettre en mode  chamalow emotif.
Aimez vous mes ptits chéris, car la nuit sera belle et l’amour brillera sous les étoiles.


Pr.Wicked

Publicités

7 réflexions au sujet de « Saint Valentin, notre séléction de films romantiques »

  1. Alors là je dis non. Non non et non! Ils sont où les « Dirty Dancing », les « Nuits blanches à Seattle » et autre « Titanic », chroniques des amours impossibles et héroïques suintant la guimauve et le rose bonbon! Il s’agit là d’une très bonne liste (hormis « Autant en emporte le vent » que je n’ai toujours vu que par bribes décousues, j’ai aimé chacun de ces films) mais cela manque un petit peu de clichés et de niaiserie qui siéent parfaitement à cette journée!

    • Mais,mais…Audrey…regardes autant en emporte le vent ! Et n’as tu point lu en fin d’article :  » On vous parlerai bien aussi de Titanic, The holiday, Notting Hill, Bridget Jones et de tant d’autres, mais on a préféré vous parler de nos prefs de chez prefs, »
      C’est toujours dur de faire des choix, mais on s’est basé sur ce qui nous faisait vibrer nous.. j’aurai aussi voulu mettre Ghost, Always, et bien d’autres, mais il fallait qu’il ne reste que nos prefs.(oui on est dévastés de ne pas avoir pu y inclure Hellraiser !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s