Super ca$h Me – Invasion Los Angeles 2

Qu’est ce qui différencie un blockbuster d’un film indépendant ? Le budget bien sûr. Et comment lever des budgets de plusieurs millions de dollars ? Facile, avec le placement de produit évidemment ! Morgan Spurlock, après Super size me, revient avec Super cash Me et dissèque le business de la pub au cinéma. Une critique sponsorisée par Morgan Spurlock Lui-même !

Le style Spurlock c’est l’implication personnelle dans ses investigations. Contrairement à Michael Moore et ses excellents documentaires politiques (Roger et moi, fahrenheit 9/11, the big one), Spurlock fait de lui le personnage principal de ses documentaires. Un investigateur dans le champ de la caméra qui mouille la chemise pour soulever le tapis de son pays et nous montrer les miettes cachées en dessous.

On le suspecte un peu maso le Morgan, quand même. Dans Supersize Me il adoptait un régime diététique radical 100% MacDo pour dénoncer la malbouffe. Cette fois ci c’est le côté obscur du financement par la publicité qui est clouée au pilori dans Super ca$h Me (« le plus grand film jamais vendu » dans son titre original, mais il fallait le vendre au français, ah le marketing !) . Le résultat est identique à son film précédent : on rit jaune !
Le discours peut sembler évident. Dire « la pub est partout » n’a rien de novateur, tout comme c’était le cas avec « le Mac Do c’est dégeu ». On est a peu de chose près tous d’accord là-dessus.

Mais c’est le jusqu’au boutisme de Spurlock qui fait encore une fois la différence. Ce malade décide de faire un film 100% financé par les sponsors. Et dans ce film que va-t-il mettre ? Le démarchage de ces sponsors ! On est complètement dans le méta film. Un film qui parle du financement de ce même film.
Commence alors un numéro d’équilibriste périlleux où il doit convaincre des responsables marketing méfiants, étant donné la réputation du lascar, mais doit aussi garder son intégrité artistique sans aller trop loin dans la compromission.

Dire oui à toutes les conditions que veulent lui imposer les sponsors pour lâcher des sous aurait tué dans l’œuf le propos, et rendu le film victime de ce qu’il voulait dénoncer. Morgan, s’il veut pouvoir faire aboutir son film, doit accepter de ne boire à l’écran qu’une seule marque de boisson, ne circuler qu’en Smart, etc… Où s’arrête la dénonciation ou commence l’exploitation malgré lui de son image? On commence à comprendre ce à quoi sont soumis les réalisateurs de cinéma.

Là où Spurlock arrive à remporter son pari, c’est que les décideurs financiers sont si avides d’exposition pour leur marque qu’ils en sont ridicules malgré eux. Il faut les voir s’enthousiasmer par la proposition de Morgan de mettre une pub éhontée pour leur marque en plein milieu de son film.
On rit à leur dépend donc, mais on a souvent froid dans le dos. Les techniques marketing qui scannent l’activité cérébrale sont trop proches d’un Orange Mécanique pour franchement rigoler, tout comme les meetings avec des publicitaires qui explique à Spurlock que lui-même est une marque.
Les entretiens avec des artistes, dont J.J. Abrahms, Tarantino et un ponte implacable du placement de produits,  éclairent eux aussi sur la triste réalité Hollywoodienne.
On vous conseille juste après le film d’aller vous balader. La tonne de panneaux publicitaires vous sautera aux yeux, et vous fera le même effet qu’après le visionnage d’Invasion Los Angeles de John Carpenter. Et vous regarderez le monde différemment… pendant 15 minutes puis vous redeviendrez un citoyen moyen, noyé dans cette communication qui fait partie intégrante de notre vie au point qu’on ne s’en aperçoit même plus.
Alors ouvrez les yeux, lisez ce blog ! Abonnez-vous ! Suivez nous sur Facebook ! Sur Twitter ! Votre vie changera, et vous direz « Merci le canapé ! Toi tu es vraiment incorruptible , tu n’es pas un vendu ! »

Super Ca$h me, un film de Morgan Spurlock
Disponible en DVD/ Bluray

Pr Wicked

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s