Top Rock 80’s – De cheveux et de cris

“Woooow, we’re half way theeere, Wooohooo ! Living on a prayer, take my hand… » Ah pardon, vous étiez là… Oui, désolé pour la perruque blonde à boucles, mais figurez-vous qu’ici on est en plein revival Rock 80’s. Bon Jovi, Def Leppard et consort ont bercé notre enfance. Alors histoire de rendre honneur à cette époque bénie, voilà ce qu’il faut retenir du Rock des années 80.

Def Leppard
Bon Jovi
Pat Benatar
Kiss
Mötley Crüe
Scorpions
Europe
Guns & Roses


Def Leppard

Ce groupe anglais est une légende, c’est indiscutable. Pour preuve son batteur, suite à un accident, a perdu un bras et s’est fait construire un système de batterie qui lui permet de jouer avec les deux pieds pour palier son handicap. C’est pas rock’n’roll ça ?! Autre preuve: le titre original de Rock Forever est Rock of Ages, tube énorme de Def Leppard.

Le titre incontournable :
Connu pour son riff imparable, le tube absolu de Def Leppard c’est Pour some sugar on me. Binaire, basique, simple, puissant et jouissivement efficace. Après 30 secondes de chanson on se surprend déjà à taper du pied et à lever le bras en scandant « HEY » avec eux.

L’album à avoir : C’est Hysteria, sorti en 1987. Porté par des titres majeurs comme la magique Power ballad « Love Bites », l’album comporte aussi l’énervé Animal qui est juste une petite bombe. Pour Def Leppard, c’est l’album de la consécration internationale  et c’est donc à écouter d’urgence !

Le joyau oublié : il s’appelle « Let’s get rocked ». Porté par un des premiers clips en images de synthèse, ce morceau énorme qui date de 1992 figure sur l’album Adrenalize. Aussi puissant et entraînant que Pour some sugar on me, c’est un incontournable pour tout fan du genre.

Bon Jovi

Inutile de présenter le chouchou de ces dames. Jon Bon Jovi c’était le Di Caprio de la scène glam rock des années 80, avec 352 évanouissements féminins recensés par concerts, et pas moins de 3 tonnes de cheveux à eux cinq !

Le titre incontournable :
Avec ses « Wahoohoohwahoohoo » qui ouvrent le morceau, LE tube du groupe est aussi un des hymnes rock des années 80: Livin’ on a prayer.
Le succès du titre est propulsé par une mémorable vidéo dirigée par Wayne Ishamson. Un clip tout autant emblématique de la période que la chanson : filmé en faux live, des cheveux long aux volumes affolants, des fuseaux roses, jaunes, zébrés,  et des câbles pour s’envoler de la scène. Toute la folie glam rock des années 80 en 4 min 09. Le titre arriva n°1 des charts dès sa sortie.

L’album à avoir : Ce sera bien sûr l’album qui porte ce mythique Livin’ on prayer, c’est à dire Slippery when wet, sorti en 1987 et qui porte aussi le mortel You give love a bad name (également n°1) , le très western Wanted Dead or Alive et la power ballad de ouf Never say goodbye. Difficile de se tromper en se procurant cette galette.

Le joyau oublié : i vous faut, et on insiste, écouter Bad Medecine. Parce qu’il a un riff de blues grisant, parce que les chœurs du groupe sont déchaînés, et parce que c’est simplement un morceau génial qui n’est pas assez connu. Et en plus le clip est tourné par les caméscopes de centaines de fans qui le filment en live. La classe.

Pat Benatar :

La diva rock absolue des années 80. S’il y avait une seule rockeuse à retenir de cette décennie ce ne serait ni Blondie (trop pop) ni Cindy Lauper ( trop variété) ou Patti Smith (trop dans la retenue). Pat Benatar c’est une fille qui en a! Elle crie, les guitares grondent, et les sujets de ses chansons sont souvent engagés. Elle est belle, elle a du caractère et en plus elle fait du rock comme personne. Pat épouse-moi ! Oui en 1980 j’avais 2 ans et alors ?!! On s’en fout de l’âge !

Le titre incontournable :
Avec Hit me with your best shot la furie brune a mis une balle dans la tête d’emblée à toutes ses futures concurrentes de l’époque.  Elle montre en un morceau ce qu’elle a dans le ventre et lâche les chevaux dès le premier accord. Sa voix éraillée monte crescendo pour nous hurler un « Fire awaaaaay » inoubliable. Emblématique du rock de la décennie qu’il inaugura en 1980, ce titre arriva directement 2nd des charts. « You’re a real tough cookie » Pat !


L’album à avoir
: Même si n’avoir qu’un seul album de Pat Benatar relève de la folie, s’il ne fallait n’en avoir qu’un ce serait Crimes of passion. Sorti en 1980 cette bombe s’ouvre avec le poignant et rageur Treat me right, chargé de guitares lourdes et de la voix si typique de la belle qui s’envole en un cri fantastique. Décidée à nous en mettre plein les oreilles elle enchaîne avec You better run, autre chanson féministe, qui achève de faire chavirer notre cœur. S’enchaînent alors des bombes comme le mythique Hit me with your best shot, mais aussi Hell is for Children. Une chanson qui dénonce la maltraitance sur les enfants, qui commence calmement pour finir par s’emporter à mi course et finir sur les cris retentissants de Pat dans des « HELL ! HELL IS for, HELL ! HELL IS for, HELL ! HELL IS FOR CHILDREN ! » à vous coller des frissons.

Le joyau oublié : les tubes de Pat Benatar sont très nombreux et Love is a Battlefield, Shadows of the night, Heartbreaker ou Fire and ice s’ils ont indispensables ne sont pas oubliés. La pépite que nous voulons vous faire découvrir s’appelle Promises in the Dark un scud aussi puissant que déchirant porté par la voix magnifique et rock en diable de la chanteuse.

Kiss :

Même si le groupe a explosé dans les années 70, on se devait de l’inclure tant on les aime ces pionniers du glam rock ! Les as du maquillage noir et blanc,  la langue de Gene Simmons… Kiss est un groupe qui s’est tant mis en scène en se créant des alter égo scéniques (The demon, Starchild…), que même si vous ne connaissez pas leur chansons, vous connaissez au moins leur têtes.
Les membres du groupe ont ainsi créé leur propre mythe. Les premières créatures Hard rock à armures.

Le titre incontournable : Non, on ne vous parlera pas de I was made for Loving you. Parce qu’au même titre que le Let’s dance de Bowie, c’était une farce disco qui s’est retournée contre eux en devenant leur plus gros succès commercial. Le hit du groupe qu’il faut absolument connaître c’est Love Gun. Dans ce titre Kiss a déversé toute sa subversivité libidineuse («viens appuyer sur la détente de mon pistolet d’amour ») le chant de Paul Stanley y est comme toujours parfaitement aiguë et éraillé. Impossible de ne pas avoir envie de crier avec lui « LOOOOVE GUUUUUN ».

L’album à avoir : Destroyer (1976). C’est l’album du groupe le plus encensé par la critique musicale mondiale. S’il ne fut pas un carton dès sa sortie, il a gagné sa renommée pendant les années 80. Porté par des classiques comme Detroit rock city, Shout it out loud, ou le sublime Beth cet album est parmi les meilleurs de l’histoire du rock.

Le joyau oublié : Même si un épisode de Glee l’a remise en lumière, la plus belle chanson de Kiss est sans doute aussi la plus méconnue. Beth (tirée du pré cité Destroyer) est une chanson tout simplement magique, joué au piano avec le groupe qui fait les chœurs derrière le chanteur principale. Un style dépouillé aux antipodes des shows pyrotechniques bruyants et endiablés du groupe. Beth c’est la chanson du rocker en studio avec ses potes qui console sa femme triste de son absence.
« Just a few more hours and I’ll be right home to you
I think I hear them calling, Oh Beth what can I do ?”
Un air sublime interprété tout en sensibilité qui fait de cette face B du tube Detroit rock city une des chansons les plus belles jamais écrites par un groupe rock.

Mötley Crüe :
Aaaaah ! Les affreux sales et méchants du glam métal ! De la drogue, de l’alcool, des groupies nues par dizaines dans les loges, bref, le groupe de la décadence par excellence, avec son non moins dépravé batteur Tommy Lee. Et rien que pour ça on les aime parce qu’il n’y a rien de pire qu’un rocker propret et gentil ! (BB brunes si vous nous lisez…nous on vous écoute pas).

Le titre incontournable :
Le groupe explose avec son deuxième album qui porte le titre de son tube énorme Shout at the devil. Un morceau qui ne fait pas dans la dentelle, et qui envoie du bois dès le début. On adore le solo de malade du milieu (mais si rappelez-vous, vos énervements sur Guitar hero parce que ça va trop viiite  !), la voix à briser les tympans dans les aigus du chanteur, et la folle envie de crier avec les chœurs « SHOUT ! SHOUT ! SHOUT ! ». Idéal pour les concerts et occasionnellement les goûters d’anniversaires (soyez raisonnables sur les groupies nues pour les enfants de moins de 10 ans).

L’album à avoir : Largement reconnu, à juste titre pour être leur meilleur album, Dr Feelgood sort en 1989 et porte la bombe qui donne son titre à l’album, un tube énorme pour le groupe.
Cette merveille a été répertoriée comme quinzième meilleure chanson hard rock de tous les temps. Avec Shout at the Devil, Dr Feelgood est la chanson emblématique du groupe.
Il comporte aussi Kickstart my heart un classique du groupe repris dans de nombreux médias, jusqu’aux récent Cars de Pixar . On y trouve aussi la Power Ballad Without you

Le joyau oublié : oublié sans l’être, c’est la complainte déchirante Home sweet home qu’on souhaite mettre en avant ici. Parce que c’est une power ballad énorme, sans doute l’une des dix meilleures, et que lorsqu’on la découvre on passe environ un mois à se la passer en boucle. Les solos sont énormes, la mélodie magnifique et le coup du rocker mélancolique, comme pour Beth de Kiss, ça marche a tous les coups.

Scorpions :

le titre incontournable : Allez, tous en chœur je sais que vous en mourrez d’envie : « I’m still loviiin youuuuuuuuuu ». Aaaah qu’est-ce que j’ai pu essayer (je dis bien essayer) de pécho pendant les goûters d’anniv’ entre deux laits fraises sur ce slow ! Impossible de résister, ce tube il est viscérale pour toute personne ayant grandi dans les années 80. C’est LA power ballad du siècle. Single le plus vendu de l’année 1984 en France, malgré ses 6 minutes, la chanson se clôt sur un solo de malade d’une minute complète.
Insurpassable, c’est sans doute la meilleure chose créé par des Allemands depuis l’invention de la machine à courber les saucisses de Francfort !

L’album à avoir : Parce qu’il s’ouvre avec Rock you like a Hurricane et se clos avec Still loving you, c’est une évidence, c’est Love at first sting sorti en 1984 qu’il vous faut ! Ben oui, en dehors de ça ils n’ont pas énormément cartonné nos teutons rockeurs. Et ce serait dommage de se priver du plaisir de posséder deux classique du rock 80’s réunis sur un même album !

le joyau oublié : Avec Send me an Angel, le groupe parvient en 1990 à retrouver le niveau de Still loving you. La chanson connu un grand succès à travers l’Europe, se classant en autres 5e dans les charts en Allemagne, 8e en France et 27e au Royaume-Uni. Aux États-Unis elle atteignit la 44e place du Billboard Hot 100 et la 8e place du Mainstream Rock Chart.

Europe :

Le titre incontournable : It’s The final countdown ! Tulululuuu tututututuuuu ! Si les ventes de Bontempi ont explosées en 1986, c’est parce que cette bande de Suédois permanentés ont, avec juste 9 notes de synthétiseur, atteint les n°1 des charts dans 25 pays ! Véridique les gars ! 25 !
Cette chanson c’est quasiment l’hymne rock des années 80, celle qu’on sifflote sans y penser, et qui arrive à faire danser les plus récalcitrants. Le tube interplanétaire du groupe qui leur était demandé à chaque apparition si bien que le groupe la surnommait The final Breakdown (la crise de nerf finale).
Tant pis pour eux, ils n’avaient qu’à pas pondre un refrain si entraînant ! Allez, on y retourne ! Tutululuuu tututututuuu !

L’album à avoir : Là, c’est moins dur que pour Pat Benatar, le groupe a fait un seul album notable qui aura eu un succès mondiale : The Final Countdown, qui s’est écoulé à 3 millions d’exemplaires aux États-Unis seuls. Il contient évidemment le tube du groupe mais aussi une power ballad de fort bonne facture se nommant Carrie qui se hissa tout en haut des classements également.
L’album suivant (Out of this world) fut un succès aussi, découlant de l’engouement pour The Final Countdown. Mais ce dernier ne fut pas à la hauteur et jamais Europe ne renoua avec le succès de ce troisième album.

Le joyau oublié : Il s’appelle Seven doors Hotel, et est issu du premier album de Europe. Après une petite ouverture au piano, la guitare attaque et on trouve déjà la voix suraiguë de Joey Tempest, le chanteur du groupe. Accompagné par des chœurs aux accents fantomatiques, cette chanson écrite devant un film d’horreur est bien plus rock que The Final Countdown et rappelle que Europe au départ faisait du bon gros rock .

le début de la fin : Guns and Roses et Nirvana

Guns and Roses c’est le groupe qui annonce le début de la fin de l’ère glam métal.
Avec  un album phénomène présent sur la décennie 80, Appetite for Destruction (1986), et la gloire mondiale avec Use your illusion I et II en 1990 les Guns ont  survécus au changement de décennies par leur son agressif très premier degré. Tout aussi Bad boys que Mötley Crûe, les Guns ont en revanche une musique bien moins bon enfant. Adieu les chœurs, les moumoutes permanentées, et les fuseaux moulants.
Axl rose est un être lubrique qui se déhanche en minishort, les cheveux contenus dans un bandana et hurle de sa voix cassée « Welcome to the jungle ». Une énorme patate dans le paysage rock de cette fin des années 80 où Bon Jovi et autres Kiss ont juste l’air de petites frappes qui se font des mises en plis.
De la rage à l’état pur, moite, sexuelle (Paradise city). Même leur power Ballad Sweet child o’ mine contient un solo dont seul Slash a le secret et qui relègue Still loving you à l’état d’antiquité.

Le coup de grâce sera porté par Nirvana avec Nevermind en 1991. Le grunge était arrivé, le glam était mort. Signe du passage de l’insouciance Reaganienne des années 80 à celle de l’anxiété de la guerre du Golf. Les temps changent, la musique aussi.
Reste le Rock… Forever !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s