Rock Forever – talkin’ ‘bout my generation

Notre Week of Rock vous l’aura fait comprendre, sur le canap’ on est des enfants du rock et qui plus est du rock des années 70, 80. C’est vous dire si à l’arrivée d’une comédie musicale qui rend hommage aux standard du rock 80’s on est toutes oreilles dehors, prêts à mettre le feu à la salle de ciné. Mais nous n’en n’avons pas eu l’occasion. Car avec cette bluette affligeante de deux jeunes extra lisses qui en constitue le centre du scénario, Rock Forever, malgré beaucoup de second degré et de belles performances d’acteurs, a sa rock attitude diluée dans le conformisme.

Synopsis : Sherrie, jeune provinciale, rencontre Drew, garçon de la ville, sur le Sunset Strip, à Hollywood alors qu’ils tentent de percer. Tous deux embauchés au Bourbon Room, haut lieu du rock Live, il naît entre eux une histoire d’amour. Mais la voie jusqu’au sommet du Rock n’est pas sans embûches.

L’ origine de la comédie musicale de Broadway de laquelle est tirée le film ne fait aucun doute. Il suffit d’entendre les arrangements musicaux faits sur les tubes de Def Leppard, Foreigner, ou Journey pour comprendre que le but était de surfer sur la mode Glee (remettre au goût du jour pour la nouvelle génération des classiques Rock de notre jeunesse). A force chœurs, et autres « mash-up », les titres de Bon Jovi ou Kiss repris par la chorale de la série ne dénoteraient pas sur la B.O du film (preuve s’il en est la reprise à l’identique de Don’t stop Believin’ de Journey).
Et pourquoi pas. Après tout Glee, nous, on l’aime cette série. Pour la jeune génération qui croit que Rn’B = Rap (alors que cela signifie Rythm’n’Blues), et que « Popolopopoooo », c’est un chant de stades (et pas 7 Nations Army des White Stripes) ; pour eux donc, promouvoir des bon gros classiques rock qui envoient, c’est plutôt une bonne initiative.

Le problème c’est que le fossé générationnel que le film entend réduire, il le souligne, au contraire. Pourquoi ? Parce que les deux personnages les moins Rock sont les deux jeunes héros, à qui nos chers ados actuels peuvent s’identifier. Plus lisses qu’un derrière de nourrisson, Sherrie (Julianne Hough) et Drew (Diego González Boneta ) c’est Troy Bolton et Gabriella Montez qui se seraient perdus à un concert des Guns. Si on vous dis que Julianne Hough a joué dans Footloose et Burlesque, et que Boneta était dans le nouveau Beverly hills 90210 ça vous donne une idée du niveau de rebel attitude du duo.

« We’re soaring, flyiiing… » ah non pardon …euh « Rock you like a hurricaane ! »

Autant dans High school musical ils seraient parfaitement en place, autant ici, un T-shirt « je me suis perdu » leur irait mieux que leur fringues faussement destroy. Il faut les voir niaiseux à souhait se donner la main et se fixer du regard sur Don’t stop believin’
Là où ça fait mal c’est que, fossé générationnel oblige, les acteurs « adultes » eux savent que le rock ce n’est pas une posture, mais une attitude.

Baldwin et Brand, là on est d’accord, c’est du rock bien fendard

Russel Brand et Alec Baldwin forment un duo excellent à mourir de rire, Paul Giamati est délectable en imprésario sans scrupule, et puis il y a Tom Cruise… Aaaaah Tom !
Là on dit Mr Cruise ! Dans le rôle de Stacee Jaxx c’est lui qui porte le film. Looké comme Axl Rose (bandana et lunettes fumées) c’est l’esprit rock du film. Bourré la moitié du temps, et l’autre moitié en train de faire fondre ces dames, il ne joue pas au rockeur. Il est un rockeur. Un Shaman du sexy, un gourou du mojo binaire. Jamais Cruise n’est aussi bon que dans l’auto dérision de son côté séducteur (on pense beaucoup à Les Grossman de Tonnerre sous les tropiques aussi).

Stacey Jaxx, l’homme qui faisait fondre les culottes … On vous prévient les filles vous allez kiffer.

Véritable incarnation du rock, il ridiculise en deux secondes les airs de rockeur de superette que se donne Drew depuis le début. Pire encore quand Drew est looké comme un boy band, il est plus crédible qu’en rockeur qu’il prétend être. la preuve dans en duo sur scène à côté de Stacee Jaxx. Face à face douloureux.

L’autre souci du film est son réalisateur. Déjà ne pas s’être rendu compte qu’il engageait les bisounours au pays du sexe de la drogue et du rock’n’roll c’est une monumentale erreur. Mais aussi de faire de Rock Forever non pas un film rock, mais un film qui joue au film rock. Sa caméra jamais ne va nous plonger dans la fièvre de la fosse, ou la moiteur des corps. On reste gentiment à distance dans des numéros musicaux bien cadrés et rythmés, mais tout sauf immersifs et endiablés.

« Oh mon Dieu Drew, on m’a dérobé mes disques que je suis triste… » soupir…

Après avoir réalisé Hairspray, Adam Shankman s’est dit qu’une bande son Rock et un héros destroy suffirait à pimenter son cinéma gentiment pop. On n’a rien contre la pop, mais quand on nous promet du Guns and roses, du Def leppard ou du Poison, on aimerait bien ne pas se demander à quel moment on va pouvoir se lever et hurler. Preuve ultime de la frilosité de Shankman, dans la bande annonce Tom « Stacee jaxx » Cruise dédicace des seins d’un air détaché. Trop rock pour les cinémas même si on ne voit pas l’once d’un téton, cette scène n’est pas dans le film. La scène où Sherrie en larme retrouve ses disques perdus, malgré sa stupidité mièvre, elle, est restée au montage.

Pour le director’s cut on propose donc à Shankman d’ôter les deux intrus du film et leur histoire à vomir. Et de ne laisser que le reste : Tom Cruise gigantesque sur Paradise city et Pour some sugar on me, Baldwin et Brand sur les Foreigners, Mary J Blide sur Shadows of the night. Bref les grands, qui eux savent ce que ça veut dire être Rock.

Rock Forever un film de Adam Shankman Avec Tom Cruise, Malin Akerman, Bryan Cranston Diego González Boneta , Julianne Hough
Au cinéma le 11 juillet 2012

Pr Wicked

Publicités

Une réflexion au sujet de « Rock Forever – talkin’ ‘bout my generation »

  1. le director’s cut c’est malheureusement ce que l’on voit à l’écran je pense.
    Ce salaud là avait parait-il déjà massacré le Hair Spray de John Watters

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s