Rebelle – Pixar au top de la colline

Comme beaucoup de monde, le dernier Pixar, Cars 2, nous avait beaucoup déçu. On attendait donc le studio à la petite lampe sauteuse au tournant. Fan échaudé craint le nanard comme on dit. Heureusement, Rebelle vient nous réchauffer le cœur et pas à moitié. Faisant montre d’un vrai sens de l’aventure, toujours aussi drôle, et porteur d’un touchant message sur la famille, n’y allons pas par quatre chemins, Rebelle est un grand Pixar.

Synopsis : Merida, l’impétueuse fille du roi Fergus et de la reine Elinor, a un problème… Elle est la seule fille au monde à ne pas vouloir devenir princesse ! Maniant l’arc comme personne, Merida refuse de se plier aux règles de la cour et défie une tradition millénaire sacrée aux yeux de tous et particulièrement de sa mère.

Nos trois Pixar préférés sont Wall E pour la poésie qui s’en dégage, Les Indestructibles pour sa réussite à mêler super héros et James Bond avec humour et Le monde de Némo pour son propos sur la famille et pour sa dinguerie. Si vous partagez cet avis, Rebelle vous enchantera. Car après avoir réinterpréter les canons des films de super héros avec Les Indestructibles, Pixar nous livre maintenant sa version du film d’aventure médiévale. Rebelle contient l’essence de ce qui fit la puissance de films comme Braveheart, Les vikings ou encore Highlander. Toutes les figures présentes dans l’inconscient collectif sont là : l’ importance de la famille, des clans en conflits, des Lochs à perte de vue, des châteaux embrumés et le mystique de la magie celte.
Les fans de ce genre de fresque seront ravis de reconnaître la voix de Mel Gibson dans la V.F pour le père de Mérida, les peintures faciales bleues, ou encore les fameux Highland games avec jeté de troncs d’arbres et de rochers. Braveheart n’est pas loin non plus du le titre original : Brave.

Mais Braveheart n’est pas le seul film auquel on pense devant Rebelle. En grand fans d’animation que nous sommes, il est difficile de ne pas penser aussi au très bon Frère des Ours de Disney, ou à Rox et rouky (rapport au grizzly), à Robin des bois pour son tournoi de tir à l’arc ou encore à Raiponce pour son côté médiévale déjanté. Pour autant, Pixar ne s’est pas « Disneyisé ». Loin s’en faut. Car si l’on est subjugué par la beauté des images et le rythme du film, le côté complètement barré Pixar est là.

Niveau délire on est servit. Les 3 petits frères de Mérida sont particulièrement bidonnants, l’imitation de Mérida par son bourru de père est énorme, quand au défilé de bras cassés qui font office de prétendant à la main de la princesse, c’est du petit lait. On ne vous parle même pas de la baston générale qui nous a renvoyé à notre amusement d’enfant quand on regardait les bastons générales de saloons dans les Terence Hill et Bud Spencer. Une séquence de distribution massive de tartes dans tout les sens façon village gaulois qui restera dans les anales.

Pour autant chez Pixar la folie n’est pas une fin en soit. On rit beaucoup mais on retrouve comme c’était déjà le cas pour Le monde de Némo, un profond message sur l’apprentissage de l’amour de sa famille. Tout comme Némo et son père, on est avec Rebelle dans un conte initiatique qui montre comment à travers les épreuves, une mère et une fille grandissent et acceptent leurs différences. De la volonté de liberté naîtra bien des conséquences fâcheuses mais salvatrices. C’est aussi ça le talent de ce studio. Nous faire rire autant qu’il nous émeut.

Avec un scénario vraiment bien écrit qui tient en haleine, des scènes d’actions efficaces et parfois impressionnantes ( les enfants de moins de 10 ans auront sans doute un peu peur ) Rebelle dépasse de loin bien des films d’aventures celtiques classiques. On y retrouve d’ailleurs le combat d’une femme forte, bien décidé à combattre pour sa liberté, si tendance actuellement au cinéma live , Blanche neige et le chasseur en etant le dernier exemple en date .

Qu’il s’agisse des émotions, du délire, de l’aventure, ou du message sur la famille Rebelle est à ranger juste çà coté du Monde de Némo, pas loin des Indestructibles. Un gros gros kiff qui ne détrône pas Wall-E et Monstres et compagnie en haut de notre top Pixar, mais qui arrive facilement dans le top 5. Après Cars 2, Pixar est de retour ! Bloody hell, mates !

Rebelle un film de Mark Andrews, Brenda Chapman avec les voix françaises de Berenice Béjo, Jacques Frantz
Au cinéma le 1er Août 2012

 Pr Wicked

Dans la même Galaxie
Cars 2, de la suite sans les idées
Blanche neige et le chasseur
Le Chat Potté

Publicités

3 réflexions au sujet de « Rebelle – Pixar au top de la colline »

  1. Je l’ai trouvé réussi visuellement et plein d’humour (le contrepied de la sorcière, le père,… la précision comique est juste parfaite dans les expressions, les mots), mais le scénario ne m’a pas convaincu sur le fond. Un peu trop « gros sketch », mode « et si on transformait X en koala et qu’on imaginait tout ce qui pourrait être drôle à partir de cette situation ? Alors 1) la nudité, 2) la nourriture, 3) les sentiments, 4)… ». Sans nous épargner la séquence où l’héroïne galope cheveux aux vents sur une musique prônant la liberté.. Trop scolaire, finalement, même si dans la forme plein d’originalité. J’ai passé un excellent moment à le voir 1 fois, je ne pense pas que j’arriverais à prendre plaisir à le revoir 10 fois comme je pourrais revoir Wall.e ou Le Monde de Nemo infiniment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s