The dark knight rises – Imparfait mais magnifique adieu

Christopher Nolan est un réalisateur audacieux. Après avoir repris une franchise laissée moribonde par le pathétique Joël Schumacher, il parvint à appliquer un traitement sombre et réaliste à Batman, qui s’avéra payant, en nous montrant sa naissance dans le très bon Batman begins. Un ton sublimé dans sa suite, le somptueux The Dark knight, peuplé de criminels schizophrènes magnifiques dans une Gotham livrée au chaos. Même pas peur, le Nolan, il nous remet ça, alors que le 2nd opus semble insurpassable. Un nouveau méchant toujours réaliste, un Bruce Wayne sur le déclin… The Dark Knight rises brille par son axe narratif très intéressant, mais endort avec une exposition qui n’en finit pas.

Synopsis : Il y a huit ans, Batman a disparu dans la nuit : lui qui était un héros est alors devenu un fugitif. S’accusant de la mort du procureur-adjoint Harvey Dent, le Chevalier Noir a tout sacrifié au nom de ce que le commissaire Gordon et lui-même considéraient être une noble cause. Et leurs actions conjointes se sont avérées efficaces pour un temps puisque la criminalité a été éradiquée à Gotham. Mais l’arrivée de Bane, terroriste masqué, va arracher Bruce à l’exil qu’il s’est imposé. Pourtant, même si ce dernier est prêt à endosser de nouveau la cape et le casque du Chevalier Noir, Batman n’est peut-être plus de taille à affronter Bane

Voilà qui est intelligent et cohérent avec l’esprit avec lequel Nolan a abordé le mythe du chevalier noir. Après nous avoir montré la naissance, puis le règne et enfin la fuite dans la nuit du héros masqué, Nolan décide de nous montrer ce qui se passe après que le justicier solitaire chevauche dans le lointain. L’histoire moins reluisante qui se passe après cette fin romanesque, c’est-à-dire le déclin du héros. Sur ce point rien à dire, l’idée est bonne et originale.

Le problème c’est que sur 2 h 45 de film, l’exposition dure facilement la moitié. 1h 15 pendant laquelle on voit Bane mettre en place son plan, Sélina Kyle (aka catwoman) virevolter à droite à gauche sans qu’on sache trop pourquoi (on l’apprendra après mais en attendant c’est bien long !) et surtout pendant laquelle Bruce Wayne chouine, clopine et pleurniche. Tout ça n’est pas inutile et pose les bases nécessaires à la seconde partie du film, mais en attendant, mon dieu quel ennui ! Se retrouver à piquer du nez devant un Batman de Nolan, ça nous a fait mal au cœur, mais soyons clair, même si c’est utile pour la suite, en 30 minutes c’eut été bien mieux.

Faites comme Bruce, prenez une cane et mettez votre robe de chambre, vous aller piquer du nez sévère !

L’autre souci c’est le choix de direction d’acteurs. Après Heath Ledger il en fallait du niveau pour que l’acteur qui allait lui succéder dans le rôle du méchant ne nous déçoivent pas . Et là non seulement Tom Hardy n’est pas Ledger, mais en plus, Nolan ne lui laisse même pas l’occasion de montrer ce qu’il sait faire puisqu’il lui masque lui la moitié expressive du visage . Allez donc jouer tout un film avec vos seuls yeux vous ! Bonne chance ! Reste donc un tas de muscle habillé avec un manteau de clodo en peau de mouton improbable qui même s’il en impose pas mal vu ce qu’il met dans la tronche à notre Batou, ne marquera guère les esprits.

Leçon numéro 1 : pour faire la colère quand on n’a pas de bouche, il faut faire les gros yeux !

En ce qui concerne Sélina Kyle, Anne Hataway elle, est une Catwoman bien gentillette comparée à celle incarnée par Michelle Pfeiffer dans Batman le défi de Burton. Entendons-nous bien, on sait bien que la Sélina Kyle de Burton était une créature fantastique née de l’imagination du cinéaste qui s’appropria le personnage pour en faire sa chose. Mais (pour nous) la femme chat est censé dégager un minimum de sensualité. Elle a beau être sexy en combinaison moulante, il manque au personnage du sex appeal, du charisme. Et que la femme chat manque d’animalité, c’est tout de même un comble !  Comme à son habitude avec les personnages féminin, Nolan bâcle le travail. On se souvient à peine de Katie Holmes et de Maggie Gyllenhaal qui faisait de la figuration dans les deux films précédents. Même tarif pour Catwoman donc, ce qui est plus fâcheux. Nolan en fait juste une voleuse qui donne des coups de pieds en l’air (aucun fouet à l’horizon) . Certes encrer son film dans la réalité peut justifier moins d’extravagance dans son caractère, mais quel dommage de passer à côté d’un tel personnage à la fois forte et fragile pour en faire un faire-valoir fade et inutile qu’on appellera d’ailleurs jamais « catwoman ».

On a beau vouloir ne pas comparer, quand Nolan refait la scène du bal entre Bruce et Sélina qui se chuchotent des révélations à l’oreille, il nous oblige un peu quand même !

Pour couronner ces erreurs, voilà donc la Cotillard qui se radine. Aaaah Marion ! On sent venir le Razzie Award à plein nez. On retiendra la scène consternante du genre yeux perdu dans le feu de cheminée après l’amour sur une peau de bête : « Quand j’étais petite, nous étions très pauvre, la survie était difficile, blablabla ». Énorme ! Manque plus qu’un violon et un petit piano et on est dans un télé novelas! On ne peut pas parler de la scène qui lui vaudra ce Razzie car ça spoilerai, mais si vous arrivez à ne pas pouffer de rire pendant la dernière demi-heure on vous paye votre poids en chauve-souris. Incroyable que Nolan ait pu dire après la prise « c’est bon on la garde ! ». A moins que ce n’ai été la meilleure prise et dans ce cas c’est encore plus inquiétant.

Attention ceci n’est pas une scène comique (enfin, pas volontairement).

Dieu merci Joseph Gordon Hewitt en flic acharné, Gary Oldman, Matthew Modine, Christian Bale et bien sûr Michael Caine, sont parfaits. Et c’est ça qui énerve vraiment. Parce que ce film bourré de défauts et d’incohérences est malgré tout le grand final qu’on attendait de la part de Nolan.

Oui, The Dark Knight rises il faut aller le voir. Parce que malgré sa trop longue mise en place et cette direction d‘acteurs ratée, quand le film se décide enfin à démarrer et que Bane prend la ville d’assaut, on replonge dans le chaos si bien mis en scène dans The Dark Knight. La vision apocalyptique grandiose et impressionnante de Nolan qui nous avait séduite auparavant se réveille et nous avec. Pleine de suspens, bardée d’action (enfin !), cette seconde moitié où l’étau se resserre sur Gotham entame ce qui s’avère être le plus magnifique des finals qu’on pouvait souhaiter à cette trilogie ambitieuse.

L’apocalypse selon St Christopher. Juste wow !

Quand dans le dernier quart d’heure le bougre vous lâche coup sur coup 4 ou 5 révélations du genre qui clouent au siège, on comprend tous les tenants et les aboutissants, que ce soit de ce film mais aussi de Batman begins . La boucle se ferme, et Nolan de nous laisser là, groguis en nous balançant le fameux panneau noir The dark knight rises dans un grand BAM. La lumière se rallume, la tête nous tourne.

On lui en veut d’avoir entamé un blockbuster par 1h15 de mise en place sans action, et sans Batman, d’avoir amoindri le charisme de Bane en lui couvrant le visage, d’avoir donné un rôle à Marion Cotillard et d’avoir négligé Catwoman. Mais on lui est tellement reconnaissant de nous avoir offert avec ses trois films la plus belle trajectoire super héroïque jamais filmée qu’on lui passera ce demi-échec. The Dark Knight Rises, où l’adieu imparfait mais magnifique de Bruce Wayne

The dark knight rises un film de Christopher Nolan avec Christian Bale, Michael Caine, Anne Hataway, Tom Hardy, Gary Oldman et Marion Cotillard

Pr Wicked

Dans la même Galaxie
The Avengers
Dossier Comic con 2012

Publicités

18 réflexions au sujet de « The dark knight rises – Imparfait mais magnifique adieu »

  1. Très juste critique, simplement pour une bonne partie des fans de batman (comics) il n’y avait aucun suspens. Et on aurait aimé Azrael sans doute mais bon, c’est quand même globalement une belle trilogie. On oublie vite le dernier épisode « bon-les-gars-faut-le-finir-on-se-dépêche » et j’attends impatiemment la version trilogie blu-ray.

    • Il n’a pas été supprimé mais non approuvé. Une subtilité que vous auriez saisie si vous naviguiez plus souvent sur mon blog. Vous auriez ainsi pu constater que les commentaires de gens qui sont en désaccord avec moi sont volontiers approuvé car ce qui est interessant c’est le débat. Votre commentaire ,lui, n’invitait pas au débat, il étais volontairement agressif, sec, injurieux avec des passages ecrits en majuscule pour bien faire comprendre votre rage.Un commentaire qui prouvais manifestement que vous n’aviez soit pas lu l’article soit retenu que ce qui vous arrangeait sinon vous auriez vu que j’ai aimé le film dans son ensemble.
      Je connais bien ce genre d’internaute fanatique qui ne supporte pas qu’on critique quelque chose qu’ils ont adoré et sont à l’affut du moindre conflit pour pouvoir se défouler sur leur clavier. Si prochain commentaire il y a, je vous conseille donc de ne pas faire preuve d’énervement, ni d’évoquer des fellations (mon passage préféré je dois dire, très subtil). Il serait tant de grandir, tout ceci n’est qu’un film, il y a des choses plus importante dans la vie (en tout cas dans la mienne).

  2. J’approuve cette critique … De grosses longueurs , des passages théâtraux inutiles , longs ridicules … Une Cotillard qui n’a rien à faire ici et elle le prouve fort bien … Mais malgré tout une conclusion honorable et de belles scènes . Par contre ( sans spoiler ) comment Nolan ferme t-il une boucle en lançant une  » idée » pour la suite ( dur de pas spoiler pour expliquer ) ?! Est ce une rampe de lancement pour un autre réalisateur et un autre épisode ?

    • Merci de ce gentil retour. Je pense que Nolan ferme la boucle Batman et laiss ouvert avec le passage de relais sans que ce soit vraiment pour une suite. De toute façon personne ne pourrait arriver à l’égaler dans le ton qu’il a donné dans sa trilogie. Je pense surtout qu’il a fait comme il a pu pour offrir une suite qu’il avait pensé faire avec le Joker et qu’il a du faire autrement. Un peu perdu d’où la moindre qualité.

  3. La fin en ‘suspend’ est presque une signature chez Nolan désormais. Personnellement j’en suis assez friande, ça éveille ma curiosité et mon intérêt, mais tout est affaire de point de vue.

    J’approuve beaucoup cette critique, l’analyse des personnages féminins est (de mon humble avis) très juste! Cotillard est une vrai déception, Nolan à pour habitude de travailler avec le même noyau d’acteurs d’un film sur l’autre… Il faut dire qu’elle était bien plus crédible dans Inception. Quant à Catwoman, je pense qu’il ne s’agit pas de la comparer à celle des Burton, mais bel et bien aux Comics, on en est à des années lumières malheureusement, et pour les aguerris c’est difficilement supportable… Peut être Nolan c’est-il permit trop de libertés ? Certains trouveront là une prise de risque intéressante.

    J’aimerais votre avis sur les nombreuses ellipses qui voient le jour au fur et a mesure de l’action. J’ai trouvé que cette cascade de sauts dans le temps un peu pataud auront eu pour effet de scinder l’action et de laisser au spectateur un petit gout de décousue. Je me doute qu’il était par exemple, impossible de retracer les 3 mois de Bruce en « quarantaine » (dur d’éviter le spoil !) mais j’ai vraiment eu un sentiment d’inachevé lors de ces incessant bons dans le temps. Je suis la seule à qui ça a fait cet effet ? Dernière petite remarque (promis^^) : Je suis peut-être trop attaché au V.O, mais dès la première scène, j’ai trouvé la doublure de Bane désastreuse, c’est à peine s’il est menaçant ! Pour l’avoir vu en Anglais, je vous le conseil vivement !

    Bref, malgré quelques désagréments, je reste une Batfan! Merci à Nolan pour cette énième petite perle. En espérant qu’en temps que producteur, il mette sa petite patte sur Man of steel 😉

    • Salut laury !
      Bion déjà merci de ce beau commentaire ça fait plaisir à lire !
      Perso c’est vrai que moi aussi les ellipses m’ont génées, surtout celle entre la sortie de captivité genre en afghanistan, et pouf il arrive pile à temps, rasé et en forme, a gotham aprés s’être fait péter le dos… en fait ce sont plus les incoherences qui m’ont gener que les ellipses. genre batou sur la glace qui hne craque pas… les policiers qui resortent de 5 mois sous les décombres avec la pêche, et bien rasés aussi, etc…
      Pour catwoman vraiment je ne voulais pas la comparer a Burton. Une approche fantastique Vs une réaliste, pas de comparaison possible. mais Hataway et si fade que quand il nous remet la même scéne du bal que dans batman returns, tout pfeiffer te revient en tête et tu te dis « bon , ben Anne , elle fait pas le poids ». aucune animalité pour une femme chat c’est moche !
      Allez des bisous, merci encore de ton interet et à bientot :))

  4. Je me permets juste de préciser que Bane a toujours été masqué, c’est un « luchador ».
    Doit-on en déduire que tout acteur qui porte un masque (complet ou non) dans un film est un acteur privé de la possibilité d’exposer son talent ?
    V, Dark Vador et Rorschach seraient donc interprétés par des acteurs limités dans leur jeu par l’absence de volonté du réalisateur de montrer l’étendue de leur savoir faire ? Ryan Gosling perd-il en puissance quand il enfile un masque en latex dans Drive ?
    Ou doit-on dans ce cas pardonner aux acteurs ayant joué Sub-zero et Scorpion leur pathétique « interprétation » dans Mortal Kombat sous prétexte qu’ils portent un masque cachant la « moitié expressive du visage » ?
    Pour conclure, le thème du méchant masqué ne date pas d’hier. Si le port d’un masque faisait perdre en charisme à un super vilain, ça se saurait. Que cette version de Bane ne soit pas inoubliable, je le concède, mais la preuve par le masque me laisse perplexe.

    • Il ne s’agit pas de la preuve par le masque. Notre remarque souligne juste que ça n’aide pas Tom Hardy qui d’habitude est bien meilleur. Et la confrontation des « grosses voix » (Batman/Bane) n’arrange rien.
      Il faudrait être évidemment idiot pour dire que masque = mauvais jeu d’acteur.

  5. Bonjour,

    Tout d’abord très bonne critique sur le film quasiment d’accord sur tout sauf en ce qui concerne Bane. Mais pour celà, il faut voir le film en V.O, avec les intonations qui vont bien et tout ce qui vas avec. La doublure française est un massacre dans la trilogie de Nolan, depuis begins (avec cette voix de batman rauque et à l’opposé de l’originale), après avec le Joker (regarder l’interrogatoire en prison Joker/Batman en V.O, c’est quand même autre chose), et maintenant avec Bane.

    Tout ça pour dire que depuis quelques années, je ne regarde quasiment plus que des films en V.O, et ça donne une toute autre dimension aux films.

  6. Désolé mais je ne suis pas d’accord sur plusieurs points de votre critique.Tout d’abord,Bane:quel charisme.Alors d’accord Tom Hardy a un masque,mais il dégage une telle puissance,et surtout,il arrive à varier les tons de voix pour effrayer encore plus.Également,on notera que cette fois-ci,le duel psychologique imposé par le Joker à Batman est ici remplace par un duel physique.Et c’est ça qui est intéressant.Ses multiples postures inquiètent, son charisme impressionne.Non,vraiment,ce Bane-là et ce méchant-là sont très réussi.
    Ensuite,parlons de Catwoman.Héroïne moderne,agile et mystérieuse…servie par l’interprétation ambiguë de Hathaway.ambiguité qui colle bien à son personnage.Je faisais partie des sceptiques lorsqu’elle fut choisie pour le rôle.Je fais partie des nombreux satisfaits maintenant.Elle dégage quelque chose de sensuelle,de mystèrieux et de terriblement sexy.
    Pour Cotillard,par contre j’approuve.Elle est fade et inexistante.Aucune des situations dramatiques dans lesquelles son personnage est mis ne marche.Et,lorsqu’on vient à la comparer aux autres acteurs du film…..aie aie.
    Pour l’exposition….1h15????Vous êtes surs?Cela m’étonne.Elle est peut-être un peu longue…mais je crois que c’est ce qu’il fallait pour se remettre dans l’ambiance de la ville sachant que l’on a quitté Gotham il y a 8 ans.Et puis,même si Batman ne revient pas de suite,on a quand même le prologue et la séquence de fusillade dans le bar à se mettre sous la dent….

    Au final un très bon Batman,souffrant de défauts rendus plus visibles par sa longueur.Mais Nolan nous a laissé une trilogie cohérente,spectaculaire et également psychologiquement dur.Une réussite.Bonne chance au prochain réalisateur qui va s’y coller……..

  7. On notera que la fin est ouverte, juste au cas où ils voudraient faire un 4e opus (je sais pas pourquoi mais je le sens venir dans 2 ou 3 ans qu’ils vont vouloir faire un 4)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s