Demolition Man – Le meilleur des mondes

Dés le départ, ce film avait à peu prés tout contre lui. Un pitch de série B , un casting de gros bras étiqueté décérébrés, et un titre on ne peut plus bourrin. Pourtant sous ses allures de gros machin débile qui tâche, Demolition Man est en fait un excellent film d’anticipation, qui avant de démolir du man, tire à boulet rouge sur le politiquement correcte qui en 1993 commençait à émerger outre atlantique. Une satire jouissive sur les risques d’une société trop lisse, cachée derrière un film d’action drôle et efficace. Culte

Synopsis : En voulant arrêter en 1996 le psychopathe Simon Phoenix, le sergent John Spartan se rend coupable d’homicide par imprudence et est condamné à l’hibernation, tout comme Phoenix. Ce dernier s’évade en 2032 et se révèle trop fort pour une civilisation où le crime a disparu. Seule chance de l’arrêter : un flic des annees 1990… John Spartan.

Imaginez donc une société « parfaite ». Plus de gros mots (sous peine d’amende), plus de délinquance (sus peine de cryogénisation pour 70 ans), les baisers et le sexe rendus hors la loi car trop risqué (MST) et la cigarette n’en parlons même pas. Aaah c’ qu’on serait bien !

Demolition man est comme tout film de science fiction une critique de son époque et début 90, ami lecteur de moins de 22 ans, sachez que la bienséance, la politesse, et surtout l’hypocrisie, connurent un certain essort . Lois anti fumeur, langage politiquement correct, vigilance extrême sur le sexe, bref une aseptisation généralisé pointait le bout de son nez (et n’a pas bougé depuis).
Dans le cerveau des scénaristes américains pas étonnants que le parallèle avec le roman culte « Le meilleur des mondes » d ‘Aldous Huxley ait été fait illico.
Dans ce roman dystopique Huxley dénonce les méfaits de l’utopie en tant que concept faux et assujettissant, et s’ouvre sur cette citation « La vie marche vers les utopies. Et peut-être un siècle nouveau commence-t-il, un siècle où les intellectuels et la classe cultivée rêveront aux moyens d’éviter les utopies et de retourner à une société non utopique, moins parfaite et plus libre. ».

Une fois qu’on a bien cela en tête, Demolition Man prend bien plus de sens. Les infractions au code du langage, le sexe virtuel, le puçage des prisonniers, tout ceci à un écho furieusement totalitaire, malgré le ton léger et humoristique du film. Spartan (Sylvester Stallone) est considéré comme un cro magnon décérébré ( à l’image de son étiquette holywoodienne) car il refuse de se plier à ces règles a priori positives mais fachisantes en réalité. De là dire que Demoltion Man tient aussi un discours sur ce que symbolise le héros Stallonien et son décalage avec des années 90 trop sophistiquées pour lui, il n’y a vraiment pas loin.

Un nehandertal chez les civilis&s…Stallone dans les années 90

Le film est en fait une succession de symboles de ce genre. La preuve avec les noms des personnages. L’agent Lenina Huxley (oh tiens… comme Aldous Huxley), est le guide de John Spartan (qui veut dire Spartiate en Anglais, le guerrier ultime donc, le cro magnon bourrin) pour arriver à contrer les plans de Simon Phoenix (tueur qui renait de ses cendres cryogéniques, incarné par Snipes qui incarnait le renouveau du héros d’action en 1993), dans un monde parfait créé par un certain Cocteau (Hommage à Jean évidemment). On peut vous en conviendrez difficilement faire plus claire sur la symbolique,

Le renouveau du héros d’action s’appelle Phoenix… comme par hasard

Autre symbole, la course poursuite entre Phoenix (Snipes le nouveau héros d’action des 90’s) au volant d’une voiture de police du futur, avec à ses trousses Spartan (Stallone le symbole de l’action 80’s) au volant d’une Oldsmobile, modèle de voiture classique des policiers des années 80/90. Vous ne vous en n’étiez pas rendu compte hein ? Le pompon c’est qu’on offre à Stallone une nouvelle carrière : couturier ! Un génie du point de croix le Sly. Voila tout est dit, le futur n’appartient plus à Stallone et consorts, ils peuvent se mettre au tricot.

sitôt dit, sitôt fait. Ce sera un col roulé pour nous Sylvester.

L’intelligence du scénario c’est que cette satire du futur et cette mise au placard du héros des années 80, est mariée à la perfection avec un film d’action justement très années 90.
Des vannes à gogo (on retiendra l’étonnement de Phoenix devant des policiers polis « Ben quoi ils balancent plus de vannes les flics dans le futur ? », une mésentente entre le chef de la police et ses officiers, des explosions au ralenti, bref tout ce qu’on aime. A ce titre l’affiche de l’Arme fatale 3 qu’on voit dans le bureau de l’agent Huxley (fascinée par les années 90) et un clin d’oeil évident au tandem Stallone/Snipes qui s’envoient autant de bastos que de vannes.
Et niveau humour on est servit aussi par le décalage passé/futur. Des efforts de Huxley à « parler vulgaire », jusqu’aux infractions au code du langage en passant par les cultissimes 3 coquillages qui remplacent le papier toilette, sans oublier les chansons/jingle pub, les trouvailles  sont légions et elles aussi vraiment bidonnantes.

A force d’amendes pour insanités, Spartan à trouvé du papier toilette. Scène culte

Alors ne vous y trompez plus, et regardez au-delà de l’apparente balourdise du film. Demolition Man est un film très malin qui mêle critique du politiquement correct à un discours sur l’évolution du héros du film d’action, tout en amusant et en délivrant l’action promise. Et puisque vous avez été sage on va vous révéler comment on se sert des 3 coquillages ! Alors en fait… Hein ? Quoi ? Que… non lâchez moi, LACHEZ MOI ! LE MONDE DOIT SAVOIR ! NON PAS LA CRYOGENISATIOOOON !!! RAAAAAAH !

Pr Wicked

Demoliton Man un film de Marco Brambilla avec  Sylvester Stallone,Wesley Snipes, Sandra Bullock  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s