L’étrange pouvoir de Norman – I see dead people !

Force est de constater qu’entre remake, suites et autres reboots, Hollywood est en crise d’imagination sévère. C’est dans l’animation que l’usine à rêves parvient à se sortir de l’enlisement total. Récemment, Le lorax délivrait un message écolo juste, drôle et touchant. Nous voici de nouveau ravis avec L’étrange pouvoir de Norman, issue de l’imagination de Chris Butler, storyboarder sur Les noces funèbres, et de Sam Fell réalisateur de l’excellent Souris city et du non moins bon La légende de Despereaux. Bardé de références à la culture fantastique, rythmé, drôle, émouvant, et flippant comme il faut. Tremblez de bonheur !

Synopsis : Blithe Hollow est une petite ville paisible. En apparence seulement. Il y a 300 ans, ce haut lieu de la chasse aux sorcières par les pères fondateurs vit s’abattre sur lui une malédiction séculaire. Norman, un petit garçon adorable, fan de films d’horreur, est la risée de la ville car il prétend voir et pouvoir parler aux morts. Un pouvoir qui pourtant semble tomber à point lorsque zombies, fantômes, et sorcières décident de se manifester.

Dés la première scéne où l’on voit Norman scotché au poste de télé regardant une histoire de zombie mangeur de cadavre on sait qu’on est entre de bonnes mains, et que ce gamin on va l’adorer. Premier point important donc : s’attacher au héros. Check ! Il nous rappelle tellement Hogart, ce gamin du Géant de Fer de Brad Bird qui trippait aussi devant des cerveaux rampant et était lui aussi confronté à des événements incroyables. Evidemment un petit garçon qui voit des morts et peut leur parler, on pense également illico au Sixième sens de M.Night Shyamalan.
Des références aux films (d’animation ou pas) fantastiques de qualité, L’étrange pouvoir de Norman en est bourré. : Frankenstein, La nuit des morts vivants, Scooby-doo, Les noces funèbres, Beetlejuice et on en passe.

Mamie est un fantôme. Normal.

Le film reprend la recette à succès des films d’aventures fantastiques pour enfants des années 80 : un gamin, son vélo, son sac à dos, et une aventure surnaturelle. On pense évidemment à E.T, mais aussi à Explorers (Joe Dante), Le vol du Navigator, ou plus récemment Super 8. L’intelligence du scénario est de nous perdre dans l’époque où il se déroule. Tout, de la ville aux voitures en passant par les postes de télévision, jusqu’aux vêtements, nous laisse penser qu’on est justement dans les années 80. Ce n’est que par moments qu’on entend parler de youtube ou qu’on voit un téléphone portable et qu’on comprend que l’action se passe de nos jours. En brouillant ainsi les pistes les réalisateurs renforcent l’hommage nostalgique au fantastique d’antan. La preuve, le film est fait en stop-motion, à l’image de L’étrange Noël de Mr Jack ou des Noces Funèbres, une technique d’animation qui remonte au premier King Kong.

Un gosse, son sac à dos, une aventure fantastique et flippante. Sweet 80’s !

Si on évoque Les noces funèbres, c’est que le film ne gravite jamais très loin de l’univers de Burton. On l’a dit, Chris Butler storybordait sur Les noces funèbres, ce n’est donc pas un hasard. On pourra aussi penser à Sleepy Hollow (la ville s’appelle Blithe Hollow) avec sa malédiction surnaturelle naît de la barbarie d’une communauté de pèlerins hollandais. Lui aussi rendait un vibrant hommage au Frankenstein de James Whale (1931), avec sa horde villageois armée de fourche et de torches. Le parallèle fait dans L’étrange pouvoir de Norman entre les Zombies et les villageois, tous guidés par la même soif irraisonnée de tuer est magnifiquement symbolisée en un plan où les bras de cette foule démente percent les volets en bois d’une maison où se cachent des morts vivants. Et les rôles ainsi s’inversent dans une brillante métaphore visuelle qui évoque autant Frankenstein que La nuit des morts vivants de Romero .

Et si les zombies n’étaient pas les plus stupides ?

On reconnaîtra la pâte de Sam Fell dans les scènes de poursuites qui sont très proches de celles qu’on avait adoré dans Souris City. Dans ces moments L’étrange pouvoir de Norman parvient à assembler rythme captivant et situations burlesque d’une manière si efficace qu’on approche de la perfection en matière d’entertainment. Le tout se déroulant dans un Van 80’s à la Scooby-Doo avec un mort vivant agrippé au toit. Encore une référence qu’on aime, un bonheur.

Panique dans le Van ! Attaque de mort vivants ! Scoubidou bidooouuu !

La très bonne idée de ce film est de ne pas prendre les enfants pour des idiots, de se rappeler que quand on est petit se foutre la pétoche, on adore ça. Et des passages angoissants il y en a plus d’un, surtout dans le final d’une puissance, et d’une poésie effrayante fascinante.. Mais le tandem Butler/ Fell veille toujours à nous délivrer une vanne où une situation humoristique après un moment de tension, ou encore mieux, pendant. Tout comme le faisait Burton avec Beetlejuice. Ecrire une scène désopilante où Norman est confronté terrorisé à la rigor mortis (rigidité cadavérique) d’un trépassé, il fallait osé. Et ça marche.

Tenez le vous pour dit, ,on est là pour frissonner ! Et c’est bon !

L’étrange pouvoir de Norman parle de la mort, qu’on se le dise. Morts vivants, spectre furieux déchaîné, les moins de 5 ans auront sans doute les chocottes. Mais passé cet âge ils se régaleront de frissonner devant les bouffonneries de ces cadavres déchaînés face aux humains empotés. Quant aux adultes, il y trouveront un second niveau de lecture sur l’acceptation de la différence, la bêtise d’une foule et ne le nions pas, du bidonnage sur la même chose qui fait rire les gosses. Souris city+ les noces funèbres en sommes. Difficile de ne pas aimer.

L’étrange pouvoir de Norman un film de Chris Butler et Sam Fell
Au cinéma le 22 Août 2012

Pr Wicked

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s