On ne vit que deux fois – Le dernier sursaut

On ne vit que deux fois est le cinquième film de la franchise Bond, et avant dernier avant le départ de Sean Connery. Sorti en 1967, deux ans le sépare d’Opération tonnerre, l’opus précédent, alors que depuis Dr No en 1962, le rythme était d’un Bond par an. Deux raisons à cela : Une star lasse d’incarner le même rôle depuis 5 ans, et une laborieuse écriture du script. Pourtant malgré ces handicaps, On ne vit que deux fois, est bien meilleur que son prédécesseur Opération Tonnerre, grâce à une dimension épique et spectaculaire inédite qui restera une marque de fabrique des Bonds.

Synopsis : Le Spectre brouille les trajectoires des fusées russo-américaines. Pour mener incognito son enquête au Japon, le célèbre agent secret se fait passer pour mort, et se déguise en asiatique. En effet, Blofeld, le n°1 du SPECTRE opère une station spatiale dissimulée dans les flancs d’un volcan d’asie depuis laquelle il manipule les vaisseaux russes et américains. Mais Bond , avec l’aide de ses incroyables gadgets veille au grain.

Le roman initial voit un Bond dépressif et alcoolique suite à l’assassinat de sa future femme se faire envoyer en mission de routine au japon. Là il découvrira un château tenu en sous-main par Blofeld, n°1 du spectre qui a tué sa femme. C’est à la fin alors qu’on croit Bond mort, que sa nécrologie apparait dans les journaux. D’où le titre On ne vit que deux fois.
L’adaptation au cinéma du roman de Fleming fût le premier Bond à quasiment ignorer le roman original. En effet, Bond n’avait pas eu de future femme, faire de Bond une épave n’était pas envisageable, et tuer Blofeld à la fin serait revenu à tuer la poule aux œufs d’or. C’est à l’imaginatif et talentueux Roald Dahl (Charlie et la chocolaterie, James et le pêche géante) que revint la tâche de réécrire le premier jet qui fut rejeté. Ce dernier déclara « C’est le plus mauvais livre de Fleming, il ne contient aucune histoire susceptible d’en tirer un film ». La production lui donna donc le champ libre et il se basa sur une intrigue similaire à celle de Dr No. Un méchant opérant depuis une base secrète, complotant contre Russie et Etats Unis par le biais d’engins spatiaux.

Voila l’homme qui offrit à Connery son dernier grand Bond

Ce qui distingue On ne vit que deux fois du déclin entamé avec Opération tonnerre, et qui se confirmera dans le rasoir Les diamants sont éternels, c’est justement la vision épique que Dahl insuffle au film. Ouvrir le film sur l’assassinat de Bond et son sauvetage d’un sarcophage sous-marin sont des idées digne de l’imagination débordante et audacieuse de Dahl qui à toujours eu un univers très visuel. Remplacer un château perché par un cratère de volcan éteint réaménagé en base spatiale est tout aussi visuellement inoubliable. Sans parler du pont escamotable au-dessus d’un bassin de Piranhas.

Merci de ne pas nourrir les poissons

Et c’est en cela que Dahl était fait pour écrire un bond : les meilleurs opus de la série sont ceux qui offrent des moments visuels iconiques inoubliables : le périscope sous terrain et l’espion sortant par la bouche du poster géant d’une femme dans Bons baisers de Russie, le laser et les maquettes de Auric Goldfinger.

Concept art du meilleur décor jamais réalisé pour un Bond : le volcan éteint du Spectre

On ne le dira jamais assez, un bon Bond c’est un méchant tout aussi iconique que le reste. Et là, ce n’est pas compliqué, Donald Pleasence avec sa cicatrice sur l’œil et son chat angora devient en un film LE visage éternel du SPECTRE. On peut certes regretter que sa présence soit trop brève, mais ce moment où il se penche de son fauteuil pour révéler son visage est dans notre top 10 des plus grands « Wow ! » de notre enfance.

iconique, eternel, Pleasence est Blofeld, pour toujours.

Le gros point positif c’est aussi que On ne vit que deux fois n’est pas un salon de l’équipement technologique comme le fut Opération tonnerre. La franchise opère ici un retour aux gadgets plus basiques délivrés par Q à Bond, une cigarette piégée, et la petite Nelly, sorte d’U.L.M sur militarisé, mais le tout est plutôt allégé, et se réserve pour le grand final épique dans la base sous- volcanique à coup de Ninjas contre SPECTRE. Une scène dantesque, plus grande que nature, qui ajoute une pierre angulaire à ce qui définira un bon James Bond : une scène de castagne dantesque dans un décor colossal.

Bond a une cigarette, et il n’hesitera pas à s’en servir !

Enfin mais non des moindres, le thème musical envoutant est de retour ! Après l’insurpassable Goldfinger par Shirley Bassey, You only live twice par Nancy Sinatra est un bon n°1 ex æquo au top des thèmes de Bond les plus classieux. Repris par Robbie Williams, Björk, Cee lo green, ou encore Coldplay, ce morceau est un standard absolu de la musique de film. On est loin du Thunderball chanté par Tom Jones, qui même s’il est très bon, à le handicap d’être chanté par un homme qui vante les mérites de bond plutôt que par une femme qui fait passer la sensualité du film.

Incandescent et irresistible générique de début

On ne vit que deux fois est un Bond aussi iconique que Goldfinger tant il reunis tout ce que caractérise les grand films de la série : Des femmes sexy, des gadgets, un méchant aux desseins internationaux, et des affrontements épiques. Preuve en est le nombre de copies ou de parodies .Moonraker, Austin Powers, etc ; Ce cinquième Bond fut le dernier Inoubliable de la série par Sean Connery , 4 ans avant le décevant et ultime Bond officiel avec Connery : Les diamants sont éternels en 1971.

On ne vit que deux fois, un film de Lewis Gilbert avec Sean Connery, Donald Pleasence

Pr.Wicked

Dans la même galaxie :
James Bond contre Dr No
Bons baisers de Russie
Goldfinger
Opération Tonnerre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s