E.T. l’extraterrestre – Ou l’enfance rêvée de Spielberg

Une silhouette, une musique, et voilà une légende du cinéma qui née. Peu de films ont un tel pouvoir d’évocation aussi puissant que celui d’ »E.T ». Premier film vraiment personnel de Steven Spielberg qui traite de ses traumatismes d’enfance, c’est grâce à ce mélange de conte de fée et de symbolisme religieux porté au point de vue d’un enfant que le réalisateur passa dans la cours des (très) grands. Un succès planétaire immédiat, peut être un brin infantilisant, mais à la générosité authentique.

Synopsis : Une soucoupe volante atterrit en pleine nuit près de Los Angeles. Quelques extraterrestres, envoyés sur Terre en mission d’exploration botanique, sortent de l’engin, mais un des leurs s’aventure au-delà de la clairière où se trouve la navette. Bientôt traquée par des militaires alertés par l’atterrissage et abandonnée par les siens, cette petite créature apeurée se réfugie dans une résidence de banlieue, chez le petit Eliott, enfant solitaire d’un foyer brisé.

Voilà bien un film emblématique de tout un pan de la carrière de Steven Spielberg.
Déjà, on y retrouve la structure de conte de fée qui lui est chère. De Always sa fable sur l’au-delà, jusqu’à A.I., qui reprend Pinocchio, en passant par Hook où il se réapproprie Peter Pan, Spielberg à au centre de son cinéma l’émerveillement qui serait celui d’un enfant. Il suffit de voir Jurassic Park pour comprendre que Spielberg est un grand gosse qui rêve de merveilleux, et d’impossible. Et la scène où la mère d’Eliott raconte l’histoire de Peter pan à Gertie la petite sœur, est là pour en attester.

Un peu de pensées heureuses, et les enfants perdus s’envolèrent

Emblématique de la carrière de Spielberg, E.T. l’est aussi par le fait que c’est sans doute son film le plus personnel (avec Arrêtes-moi si tu peux). Dedans cet ancien enfant de parents divorcés qui se rêvait un meilleur ami d’un autre monde se projette dans le personnage d’Elliot, enfant solitaire de divorcés lui aussi . Ainsi il fait de E.T. un être abandonné loin de sa famille qui à un besoin si viscéral d’amour et d’amitié qu’il établit avec ce petit garçon aux même désirs, tout aussi abandonné que lui, une connexion symbiotique.
Si Eliott est fatigué, E.T. s’endort, si E.T est saoul, Eliott titube. Et lorsqu’il se meurt d’être loin des siens , E.T. rompt le lien et Eliott guérit. Preuve ultime de cette dimension de l’amour au centre de la vie, et du film, le cœur d’E.T. visible de extérieur, se rallume à l’approche du vaisseau mère. Pour Spielberg l’éclatement de la famille, le manque d’amour ou d’amitié sont synonymes de mort.

la rencontre de deux solitudes

D’ailleurs Spielberg ne cesse de peupler ses films de familles dysfonctionnelles. Parents séparés (E.T., Le monde perdu, Arrêtes-moi si tu peux, Minority report, La guerre des mondes), familles éclatées (La liste de Schindler, Il faut sauver le soldat Ryan, La couleur pourpre, Empire du soleil, Hook,), parent décédés ( Always, Indiana Jones et la dernière croisade). Une jolie liste qui permet de comprendre que Spielberg fait depuis près de 40 ans carrière en filmant sa psycho thérapie d’enfant traumatisé.

Un enfant esseulé qui par définition n’a pas confiance en le monde des adultes. Regardez bien E.T., vous constaterez que les adultes sont tous filmés au niveau des jambes comme dans les vieux Tex Avery, où les adultes n’existent pas. A l’exception de la mère, jusqu’à ce que les scientifiques envahissent la maison familiale, on n’aura vu que leurs jambes. L’intrigue du film est conté caméra proche du sol, à hauteur d’enfants, ce qui renforce le sentiment d’être soit même un membre de la famille. De ce fait on s’attache autant qu’ Eliott, son frère et sa sœur à cette créature. Ce qui nous permet de ressentir le même choc lorsque le monde des adultes fait irruption dans ce cocon d’amour.

Silhouettes filmés depuis les fougères. Les adultes, cette menace

Ces scientifiques, ces adultes, sont l’antithèse de tout l’amour de ce monde d’enfants qu’on nous a donné à voir depuis le début du film. Dans ce lot de gens qui veulent arracher E.T. à Eliott, un seul se démarquera. Le personnage de Peter Coyote. Le seul à avoir garder ses rêves d’enfants .

Enfin, mais non des moindres, E.T.est sans doute aussi le film le plus ouvertement catholique de Spielberg. Si les Indiana Jones ont tous des artefacts religieux, Always, parle du paradis, ou Jurassic Park pose la question de la création de la vie, E.T. lui est une créature qui incarne littéralement le Christ. Cet être qui n’est qu’amour, à le pouvoir de réaliser des miracles : faire voler, guérir. Quand à sa mort et à sa résurrection dans un linge blanc, là on atteint le somment de la métaphore, jusqu’à ce qu’il remonte finalement au ciel.

Jésus revient parmi les tiens !

 Pour toutes ces raisons, voir E.T. c’est voir la quintessence du film Spielbergien. Bardé de ses traumatismes d’enfant solitaire, de métaphore christique, et construit comme un conte de fée, E.T, même s’il à quelques lenteurs par moments, reste un de ces rares films à vous toucher directement à l’âme, tel un doigt lumineux pointé vers le cœur. « Viens » « reste » « Ouch »…

E.T. L’extraterrestre un film de Steven Spielberg avec Dee Wallace, Henry Thomas, Drew barrymore, Peter Coyote
Disponible en blu ray le 23 octobre 2012

Pr. Wicked

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s