Stars 80 … la machine à remonter la pompe à frique !

Chassez le naturel et il revient au galop. On croyait le producteur Thomas Langmann touché par la grâce avec  » The Artist « , que même les américains ont réussis à lui faire croire qu’il était un chef d’œuvre. Heureusement qu’il était muet, sinon ils auraient sans doute surpris des dialogues à la hauteur de ce Stars 80, d’une lourdeur difficile à digérer comme un plat réchauffé resté trop longtemps au frigo depuis 1985.

Synopsis : Afin de régler leurs problèmes financiers, Vincent et Antoine ont l’idée de faire remonter sur scène les Stars oubliées des années 80. La tournée de concerts va débuter dans la galère avant de cartonner en Province et de triompher au Stade de France !

La voici (encore !) la comédie de l’année ! Calibrée pour servir les quadras et leur marmaille, un plat farcie à la nostalgie, filmée sans aucune inspiration par le duo Lagmann/Forestier … Ce film est un tube ; un produit façon « Mon chéri » de Noël avec une fine couche séduisante et au mieux du vide à l’intérieur, au pire une liqueur qui laisse un goût désagréable en bouche. Pourtant il y avait un peu de matière à nous parler des années 80 à travers leurs hits incontournables. Dresser un parallèle entre nos deux époques aurait put être un petit vivier pour une comédie sur fond humaniste. Mais nos duettistes nous offrent un film markété, des successions de scènes avec les 5 minutes minimum promises à  chaque artiste désengagé et dénué de talent de comédie. Ils sont là pour nous narrer leur chansonnette d’antan sous couvert d’une auto dérision infantile et grossière.

« Si t’es content de cachetonner tape dans tes mains ! » Clap, clap !

Cela en devient indigeste, et ça  fait même mal de voir autant d’artistes pour lequel nous avons de la tendresse, se vautrer dans la facilité et la luxure de la bêtise, de Lio à Sabrina, en passant par un Jean Luc Lahaye tristement à la hauteur de son personnage, il nous reste le duo Anconina/Timsit, qui sert de lien entre tout ces chanteurs. Eux, ne relèvent vraiment pas le niveau de cette comédie, le point culminant du pire étant cet hommage sans âme aux Blues brothers ,(ne JAMAIS toucher aux Blues brothers !) moment inutile juste posé au sein du film pour le crédibiliser. Un récital sans fond juste là remplir les caisses de la petite reine .

Ça ne leur suffisait pas de faire un mauvais film, il fallait en plus violer un classique. Juste minable.

 On ne demande pas à ce type de film de révolutionner la physique du 7ème art, mais d’avoir au moins de la politesse envers les spectateurs. Celui du respect de son intelligence. Il faudrait vraiment que l’on arrête de nous prendre pour des imbéciles écervelés et lobotomisés par le mixeur de la télé. L’exemple de cette fin d’année est un morne constat, pour preuve:  Astérix et Obélix: au service de sa majesté, Les Seigneurs et maintenant Stars 80 ! Plus rien dans le fond, dans la qualité de l’écriture, le soin et le respect de la construction des personnages. Juste de la forme où on aligne des castings avec des  » stars  » comiques ou des baroudeurs de la chansons, voir des dinosaures du cinéma français pour servir la soupe.

Bientôt en promo chez Arthur ! La nouvelle génération comique française faite d’humoristes et non plus d’acteurs. Pauvre France

Après la vision de ce « film », nos neurones sont encore avides de comprendre un tel désert de créativité … On entend des voix dire ça et là que l’on passe un agréable moment avec ces injures cinématographiques, que c’est du divertissement. Sur le canap’, on répondra simplement d’une part de façon pragmatique qu‘ au prix de la place de ciné, on est en droit d’attendre un minimum de qualité, et que niveau divertissement vide on paie déjà assez cher la redevance télé comme ça. D’autre part, on revendique et on assume notre nostalgie des comédies d’antan qui sentaient venir le vent semble-t-il.Souvenez vous des Tontons Flingeurs :  » les cons ça osent tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît « . Avec Stars 80, on les reconnait bien effectivement !

Stars 80 un film de Frédéric Forestier, Thomas Langmann avec Richard anconina, Patrick Timsit et tout le top 50

Amiral SuVan

Dans la même galaxie
Les seigneurs
Asterix et Obélix au service de sa majesté

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s