AU-DELA DU MAL de Shane Stevens : Le polar ultime

Le jeune Bishop a appris par sa mère qu’il était le fruit d’un viol perpétré par un certain Caryl Chessman, un violeur en série. Elevé dans la haine, brimé, abandonné puis enfermé en psychiatrie après avoir assassiné sa mère, il prépare sa vengeance.

Une chasse à l’homme sans précédent se prépare.

Du tueur en série dans la culture populaire

La figure du tueur en série a véritablement été popularisé par Le Silence des Agneaux de Jonathan Demme avec Hannibal « le cannibale » Lecter, personnage aussi séduisant qu’effrayant qui permettait l’arrestation de l’un de ses pairs grâce à ses capacités de psychologue.

C’est d’ailleurs cet aspect psychologique et la mise en avant de « la science du comportement » et de la « victimologie » qui ont permis aux romanciers et cinéastes de renouveler les mécanismes des polars et thrillers.

On notera que la saga Hannibal Lecter (créé par Thomas Harris) fut mis en images tout aussi bien par un Michael Mann en recherche d’identité (le mésestimé Le Sixième Sens) qu’un Ridley Scott au summum de son art (le plastiquement superbe mais vain Hannibal).

La création d’œuvre d’avant-garde autour de cette mystérieuse et insaisissable figure donnèrent vie à la radicalité allemande d’un Schizophrénia de Gerard Klarg (l’un des films de chevet de Gaspard Noé), à l’épure du Henry, Portrait of a Serial Killer de John McNaughton ou à la création d’univers déviant étroitement lié à nos désirs consuméristes tel American Psycho de Bret Easton Ellis ou Le Corps Exquis de Poppy Z. Brite.

Lire la suite

Le clan des Otori : Les Neiges de l’Exil

Dans le premier Tome du Clan des Otori : Le Silence du Rossignol, nous avions abandonné Takeo et Kaede à leur funeste Destin. Takeo se retrouve soumis à La Tribu par un pacte d’honneur pour devenir un assassin tandis que Kaede, au mépris de la tradition, s’evertue à devenir maîtresse de ses propres terres et refuser le moindre mari.

Pourtant, l’amour des deux amants brûle depuis leur union dans le sang du tyran.

Les derniers chapitres du premier tome ont chaviré les cœurs et les nerfs de leurs lecteurs. C’est avec fébrilité que l’on dévore ce deuxième tome d’aussi haute volée que le premier. Takeo, ainsi soumis à sa nouvelle famille, est le négatif de la Kaede enfant que nous avions découvert auparavant. Kaede, elle, découvre que sa féminité est un pouvoir qui peut-être tout aussi  bien politique. Elle cherche ainsi à être l’égal des hommes.

Ces deux êtres que nous, lecteurs, voudrions unis, cherchent à s’oublier l’un l’autre. Takeo en acceptant sa nouvelle condition d’apprenti assassin et Kaede en jouant du désir qu’elle provoque pour parvenir à ses fins. Évidemment, l’on devine que ces choix, dictés par la contrainte de leurs conditions précaires, vont une fois de plus orienter l’avenir vers plus de noirceur.

Lire la suite

DROOD de Dan Simmons

SIMMONS, L’ETAT DE GRACE !

J’avais découvert Dan Simmons via L’Échiquier du Mal, formidable thriller surnaturel, audacieux en de nombreux points. L’invraisemblable rebondissement à la fin du premier tome m’avait profondément marqué.

Son style mature me poussa à lire avec délice sa trilogie hard boiled (Vengeance, Revanche et Une balle dans la tête). Je fus emporté par un grand huit narratif étourdissant dont les personnages, pourtant à peine esquissés, prenaient vie par l’action. Du Grand Art liant définitivement le romancier au Hitchcock de La Mort aux Trousses.

« Pour beaucoup, il est un concurrent sérieux de Stephen King »

Les Chants d’Hypérion fut l’apothéose de cette découverte. Cette épopée de science fiction pleine de bruits et de fureur, tout entier hanté par la figure du poète John Keats, acheva de me convaincre que je venais de traverser un chef d’œuvre.

Pour beaucoup, il est un concurrent sérieux de Stephen King (bien que ses œuvres clairement horrifiques soient mineures et parfois puériles). Et comme lui, il est le digne héritiers des feuilletons du XIXème siècle (La Ligne Verte, nom de Diouss!). Sachez que ces productions sont nommées « page-turner » dans le jargon du marketing éditorial anglo-saxon (Avez-vous déjà lu un livre dont les pages ne se tournent pas, vous ? Ah ! Merveilleux monde du marketing anglo-saxon !).

Lire la suite